Troubles mentaux : un enfant sur huit

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mars 2003 : 01h00
-A +A
Selon les nouvelles données de l'INSERM*, un enfant sur huit serait atteint de troubles mentaux à un moment de son développement : hyperactivité, troubles anxieux, anorexie, dépression, ou encore plus préoccupants, autisme, schizophrénie, etc. Or, ces pathologies sont généralement dépistées bien trop tardivement.

Il est aujourd'hui nécessaire d'apporter une meilleure information aux parents, aux enseignants, aux éducateurs et aux médecins, afin de hâter la prise en charge des troubles mentaux chez les enfants.

A titre d'exemple, l'hyperactivité toucherait 1 à 2% des enfants. Or son diagnostic est le plus souvent posé vers l'âge de 7 ans, c'est-à-dire bien après l'apparition des premières difficultés scolaires liées à l'agitation et au manque de concentration. Pourtant, il est possible de détecter cette affection vers 3-4 ans. A cet âge, la prise en charge donne de bons résultats, tandis que non traitée, elle risque d'évoluer à l'âge adulte.

Il en est de même pour l'autisme, un trouble sévère des fonctions de communication et des interactions sociales. Même si les parents détectent très tôt les premiers symptômes, au cours des deux premières années, le diagnostic est généralement porté beaucoup plus tardivement. Or, dépisté à l'aide de tests performants, une prise en charge comportant des programmes éducatifs intenses avant l'âge de 4 ans permet d'obtenir de nettes améliorations du langage et du développement cognitif.

Les experts de l'INSERM insistent donc sur l'importance d'un dépistage durant les deux premières années de la vie, à l'entrée en maternelle, en primaire et en collège. Ils recommandent d'intégrer aux rubriques du carnet de santé des indicateurs de développement sensori-moteur, cognitif et émotionnel. Ils conseillent également un meilleur suivi des sujets dits « à risque » : les prématurés et les enfants de familles où il existe déjà des troubles mentaux.

  • Dès 9 mois : évaluation de l'attention et de la mémoire.
  • Dès 18 mois : dépistage de l'autisme.
  • Entrée en maternelle : recherche des signes de l'hyperactivité comme le retard de la parole, les difficultés de concentration, les accidents et les chutes fréquentes.
  • Préadolescence et adolescence : recherche des troubles anxieux tels que la dépression, les troubles panique, l'anorexie, la boulimie, parfois révélés par une baisse des résultats scolaires en 5e et 6e.

* INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 05 Mars 2003 : 01h00
Source : Troubles mentaux : dépistage et prévention chez l'enfant et l'adolescent, expertise collective de l'INSERM, dossier de presse du 6 février 2003.
A lire aussi
Hyperactivité : les nouvelles recommandations de dépistage Publié le 13/02/2015 - 10h57

Le dépistage de l’hyperactivité, syndrome neurologique qui toucherait plusieurs centaines de milliers d’enfants en France, est difficile et le plus souvent beaucoup trop tardif. Les autorités de santé émettent de nouvelles recommandations visant à améliorer cette situation et l’avenir...

Interview : Mon enfant est-il hyperactif ? Publié le 17/09/2003 - 00h00

Trop remuant, turbulent ou réellement hyperactif ? Comment s'y prendre ? A-t-il besoin d'un traitement ? Quels sont les dangers ? Comment l'aider à s'intégrer ? A s'épanouir ? Le Dr Marie France Leheuzey, médecin psychiatre, répond à ces questions.

Plus d'articles