Les troubles du langage chez l'enfant, une priorité de santé publique

Publié par Dr Sylvie Coulomb le Vendredi 27 Avril 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Septembre 2015 : 15h21
-A +A

Les troubles du langage, dysphasie et dyslexie, sont aujourd'hui reconnus comme des priorités de santé publique. Les pouvoirs publics viennent de mettre en place un plan d'action sur trois ans afin d'améliorer le dépistage et la prise en charge des enfants concernés. La dysphasie est un trouble sévère du développement du langage qui peut prendre diverses formes et compromet les apprentissages scolaires classiques. La dyslexie est un trouble du langage et de l'écriture, entraînant des difficultés en lecture et en orthographe. Un dépistage précoce et une rééducation orthophonique adaptée permettent dans de nombreux cas une récupération de ces fonctions, permettant à l'enfant d'évoluer et d'éviter l'échec scolaire.

Les troubles du langage oral et écrit, reconnus comme étant une des causes de l'illettrisme, nécessitent d'être diagnostiqués et pris en charge le plus tôt possible. On estime aujourd'hui qu'environ 4 à 5% des enfants d'une classe d'âge présentent des troubles du langage oral ou écrit, dont 1% sont sévèrement touchés. Le 21 mars dernier, trois Ministères, ceux de l'Education, de la Santé et des Handicapés, ont présenté un plan d'action triennal, comportant 28 mesures destinées à prévenir les troubles du langage dès l'école maternelle, à mieux les dépister et à organiser le suivi des enfants.

La dysphasie, un trouble grave du langage

Les troubles du langage oral, qui peuvent prendre de multiples formes, se manifestent par des difficultés d'organisation et de contrôle des productions verbales, rendant difficile le suivi du cours de la pensée de l'enfant et donc la possibilité de communication avec lui. On note également des difficultés d'interprétation des informations, sans toutefois de véritable défaut de compréhension. Il peut s'agir de simples troubles de l'articulation, de la phonation ou d'un retard de langage que l'on rencontre chez un nombre non négligeable d'enfants.La dysphasie est plus grave car elle affecte le développement même du langage, sans toutefois constituer un retard intellectuel. Il s'agit d'une maladie probablement liée à une lésion des centres du langage dans le cerveau, mais la cause exacte n'est pas connue. Elle touche 1% des enfants en âge d'être scolarisés, les garçons plus souvent que les filles. Le langage de l'enfant dysphasique ne se développe pas normalement, ce déficit se manifestant de façon plus ou moins importante et sous des formes diverses : paroles indistinctes, expression télégraphique ou par mots isolés, troubles de la syntaxe, trouble de la prononciation, manque du mot, compréhension partielle du langage oral, etc.De nombreux signes d'alerte peuvent amener les parents à s'inquiéter à propos d'un retard de langage :o l'enfant est silencieux au cours de sa première année de vie et a peu d'activités d'échanges ; o à 18 mois, il ne dit pas de mots ayant une signification (papa, maman, donne ...) ; o à 24 mois, il ne dit pas de phrases significatives de quelques mots et ne pose pas de questions ; o à 3 ans, son discours est inintelligible et seuls les membres de sa famille le comprennent. Ces troubles auront évidemment un retentissement sur les apprentissages scolaires et entraîneront des difficultés pour l'apprentissage du langage écrit. Quoi qu'il en soit, il est inutile de s'inquiéter avant l'âge de 3 ans, car il est difficile avant cet âge de faire la différence entre un enfant simplement paresseux et un enfant ayant un réel problème. La distinction entre retard simple de langage et dysphasie ne se fait généralement que vers l'âge de 4 ans, à l'école maternelle.

La dyslexie, un trouble spécifique de l'apprentissage de la lecture

Elle atteint 5 à 10% des enfants d'âge scolaire et se manifeste par des difficultés en lecture et en orthographe, pouvant se révéler dès le cours préparatoire. C'est pourquoi un dépistage précoce, avant l'entrée en C.P. et une rééducation adaptée doivent permettre à l'enfant de poursuivre une scolarité normale.L'enfant dyslexique est normalement intelligent, ne souffre d'aucun déficit sensoriel, visuel ou auditif. Il se révèle cependant incapable d'acquérir les techniques du langage permettant d'apprendre à lire et à écrire. Ce trouble est attribué à un défaut de maturation de certaines zones du cerveau, vraisemblablement d'origine génétique. Aujourd'hui, il n'est donc plus question de cause d'origine psychologique.La dyslexie est caractérisée par des erreurs dans l'enchaînement des graphies ou dans la transcription graphique des phonèmes. L'enfant confond certaines lettres de formes voisines ou phonétiquement proches. Il inverse l'ordre des lettres, des syllabes ou des mots, peut ajouter certains sons ou au contraire en supprimer. De ce fait, la lecture devient hésitante et incompréhensible. En revanche, l'enfant a généralement de bonnes aptitudes en mathématiques, traduisant une intelligence tout à fait normale.

Publié par Dr Sylvie Coulomb le Vendredi 27 Avril 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Septembre 2015 : 15h21
Source : Le langage de l'enfant, aspects normaux et pathologiques. C. Chevrie-Muller. Masson, 1999. Le Généraliste, N° 2105, 30 mars 2001.
A lire aussi
Troubles du langage : prévenir pour guérir Publié le 08/01/2002 - 00h00

Bégaiement, articulation difficile, dysphasie, dyslexie... En France, 4 à 5 % des enfants sont concernés par les troubles du langage écrit et 1 % ont des troubles du langage oral. Qu'elles soient légères ou sévères, ces difficultés laissent souvent les parents démunis et angoissés face à...

La dyslexie : coup de pouce aux enfants DYS Publié le 03/11/2016 - 13h25

La dyslexie est un trouble qui se manifeste par une mauvaise association entre les lettres et les sons, et par une difficulté à saisir rapidement un mot dans sa globalité : l’enfant déchiffre  lentement et fait des erreurs. Ce trouble de l’apprentissage du lange écrit met les enfants en...

Plus d'articles