Surprotéger ses enfants : quels sont les risques ?

Publié par Psychonet Production le Lundi 27 Mai 2002 : 02h00
-A +A
Par manque d'expérience ou d'une nature anxieuse, il est des parents qui surprotègent leurs enfants. En voulant les préserver, il semblerait qu'ils les exposent davantage. Explications.

Le laisser faire ses expériences

« La protection d'un enfant devient abusive quand elle entrave son développement », définit Stéphane Clerget*, pédo-psychiatre. Car les parents doivent avant tout accompagner leur petit dans ses expériences, et non pas s'y opposer. Il est, par exemple, préférable de ne pas l'enfermer dans un parc toute la journée, de le laisser explorer la maison (sous l'œil vigilant d'un adulte) et de ne pas dramatiser le moindre mal de ventre. Dans ce dernier cas, « l'enfant pourrait ensuite manipuler ses parents, prévient le psychiatre. A la moindre contrariété, il utilisera la maladie. Et il appliquera la méthode sur les autres ».

Surprotégés... et angoissés

A l'angoisse de la mère (plus rarement du père, réputé pour contrebalancer la tendance), l'enfant peut réagir de deux manières. Les uns se feront complices de cette surprotection et se sauront à l'abri uniquement à l'intérieur de leur relation maternelle. En dehors de celle-ci, ils risqueront de se montrer craintifs, de manquer de confiance en eux, auront du mal à aller vers les autres. Sur un plan amical, ils s'attacheront volontiers à quelqu'un de plus fort, capable de reproduire la carcasse protectrice. A l'inverse et plus rarement, l'enfant surprotégé pourra s'avérer particulièrement casse-cou et amateur de grands risques. « C'est une façon de s'opposer et d'affirmer son indépendance face à la protection de ses parents, affirme Stéphane Clerget. L'angoisse de la mère pouvant aussi rassurer, comme si elle avait peur pour deux » Dans les deux cas cependant, il sera difficile, pour ces petits, de savoir où se situent les véritables dangers, car ils n'auront pas appris à les hiérarchiser

Publié par Psychonet Production le Lundi 27 Mai 2002 : 02h00
Source : Stéphane Clerget est l'auteur de " Nos enfants aussi ont un sexe ", paru chez Robert Laffont
A lire aussi
A quoi sert l'autorité parentale ? Publié le 11/06/2003 - 00h00

De l'autorité, tout le monde en parle… Le thème est récurrent dans l'éducation. Enseignants et parents se trouvent tour à tour accusés de manquer d'autorité. Et le manque d'autorité n'a pas bonne presse au point que les politiques entendent même sanctionner les parents qui ne feraient pas...

Divorce : les petits nomades de la garde alternée Publié le 27/04/2012 - 13h52

Avec un divorce pour deux mariages sur l’ensemble du territoire et deux sur trois dans les grandes villes, la mise en place et la gestion de la garde des enfants encombre les tribunaux. Résidence classique chez maman, avec un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires chez papa ou...

Y a-t-il un âge idéal pour quitter ses parents ? Publié le 12/07/2002 - 00h00

Adolescent, on rêve de partir de chez ses parents et on attend la majorité avec impatience pour pouvoir enfin mener sa propre vie, dans la plus grande indépendance ! Mais quand sonne l'heure des études supérieures ou du premier job, on n'est finalement plus forcément si pressé(e) de quitter...

Naît-on ou devient-on homo ou hétéro ? Publié le 09/07/2007 - 00h00

Naît-on hétérosexuel(le), homosexuel(le) ou bisexuel(le) ? Le devient-on ? Une interrogation curieuse tout comme le fait qu'un désir devienne une identité, mais le cheminement de nos préférences sexuelles avec ses influences diverses nous concerne toutes et tous. Questions à Stéphane...

Plus d'articles