Le simple fait de bouger représente un puissant facteur anticancer

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 13 Novembre 2015 : 12h10
-A +A
L'activité physique est bénéfique en prévention des cancers, mais elle occupe également une place importante dans le traitement du cancer. Mais quel type d'activité pratiquer, à quelle fréquence et à quelle intensité ?

Activité physique ou sport ?

En termes de prévention et de traitement anticancer, il est important de bien différencier activité physique et sport, le sport étant une activité physique d’intensité élevée. Ainsi on peut noter qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer un sport pour obtenir des effets bénéfiques sur la santé : une marche lente (à 4 km/h) de 45 minutes équivaut à un jogging (à 10 km/h) de 20 minutes !

L'activité physique correspond à tous les mouvements du corps que l'on produit dans le cadre de la vie quotidienne et qui induisent une dépense énergétique, par opposition à la sédentarité.

Ainsi, en cas de cancer, la pratique d'une activité permet de récupérer des capacités physiques, de reprendre confiance en soi, d'améliorer le bien-être et de favoriser la réinsertion sociale. Autrement dit, ce qu'il ne faut surtout pas, c'est rester sédentaire, comme passer une bonne partie de son temps devant la télévision.

Inversement, toute activité est bénéfique, d'où le terme " bouger " utilisé par l'Institut national de lutte contre le cancer dans ses campagnes d'informations. Car c'est bien la somme des mouvements qui importe, sans se limiter aux seules activités de loisirs ou sportives.

Activité physique : des bénéfices anticancer considérables

Une activité physique, quelle que soit son intensité, exerce un effet protecteur contre le cancer, peu importe sa localisation.

Les données scientifiques les plus convaincantes concernent le cancer du côlon chez l'homme et la femme. Mais elles portent aussi sur le cancer de l'endomètre chez la femme et enfin sur le cancer du sein.

5 heures d'activités soutenues de loisirs diminuent le risque de cancer du sein, par rapport à des femmes sédentaires, et le risque de récidive d'un cancer.

L’activité physique est donc efficace pour diminuer le risque d’incidence du cancer ou pour améliorer la qualité de vie, quel que soit le type de cancer. Elle est un facteur de risque que l’on peut modifier, contrairement à d’autres facteurs de risque (tels que les gènes ou l’âge), il faut profiter de cet avantage.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 25 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 13 Novembre 2015 : 12h10
Source : Dossier de presse de la semaine nationale de lutte contre le cancer, 16-22 mars 2009.
A lire aussi
Manger mieux pour moins de cancers Publié le 04/05/2009 - 00h00

Sein, prostate, poumon, côlon... Il est possible d'agir pour prévenir l'apparition de ces cancers. L'alimentation et l'activité physique sont des facteurs essentiels qui interviennent positivement ou négativement sur le risque de cancer. Voici un résumé des informations dont nous disposons...

Longue vie à ceux qui pratiquent une activité physique ! Publié le 30/11/2009 - 00h00

Pour vivre en forme et en bonne santé longtemps, la pratique régulière d'une activité physique ou sportive est indispensable. Quelles sont les activités physiques et sportives recommandées, sous quelles formes, à quel rythme et à quelle intensité ? Voici un recueil des dernières données...

Plus d'articles