Et si un bilan psychologique était utile à votre enfant ?

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 25 Mars 2008 : 01h00
-A +A
Dans une classe d'âge donnée, 5 à 10 % des enfants rencontrent des difficultés d'apprentissage. Ces troubles toucheraient plus souvent les garçons que les filles. Hervé Glasel, neuropsychologue spécialisé dans le développement de l'enfant et de l'adolescent, nous répond.

A la recherche d'une difficulté personnelle d'apprentissage

Hervé Glasel* précise que son étonnement de neuropsychologue a été de constater que très souvent, on mettait les troubles d'un enfant sur le compte de l'environnement familial : « il est jaloux de sa petite soeur » ou « c'est le divorce de ses parents qui le traumatise » ou « c'est le décès de son grand-père » sans se demander auparavant si l'enfant n'avait pas une difficulté personnelle d'apprentissage. C'est pourquoi, avant de trouver une explication toute faite, il est bon de chercher des réponses étayées.

Dans quelles circonstances décider de faire un bilan psychologique ?

Le plus souvent après 3 ans, mais dès que l'on repère des difficultés d'apprentissage : au niveau de la marche, du langage, de la motricité fine, du dessin, des traitements visuo-constructifs, situation dans laquelle l'enfant a du mal à construire un puzzle, à réaliser un jeu de construction, à s'intéresser aux jeux comme le Lego.Un peu plus tard, la maîtresse peut interpeller les parents et signaler que « quelque chose ne va pas ». Elle peut par exemple constater un retard de langageIl existe un moment où cela devient essentiel, c'est l'entrée au CP. Ce qu'il faut repérer et qui devrait inciter à un bilan psychologique, ce sont les difficultés dans les apprentissages fondamentaux : la lecture, l'écriture, le calcul. Il peut s'agir d'une lenteur, d'une difficulté à maîtriser la notion de nombre, d'une écriture très mal formée, ou d'une capacité d'attention qui semble insuffisanteUn bilan psychologique devrait donc se faire après 3 ans, mais il est dommage d'attendre trop longtemps. Il est embêtant de patienter 10 ou 15 ans, car si l'enfant a des difficultés d'apprentissage, il aura déjà beaucoup souffert dans sa scolarité.Un point précis que souligne Hervé Glasel : « En tant que parent, il faut se faire confiance, car à cette place, on a souvent un oeil très fin sur ses enfants. Souvent, on sent que quelque chose ne vient pas, quelque chose paraît bizarre chez l'enfant, et là, il faut se faire confiance. On est souvent très pertinent comme parent pour sentir ce qui ne fonctionne pas. »

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 25 Mars 2008 : 01h00
A lire aussi
Enfant maladroit : et si c'était la dyspraxie ? Publié le 13/10/2008 - 00h00

Benjamin est un enfant très maladroit. Il tombe souvent, se cogne, fait tomber sa fourchette ou sa cuillère par terre… Il a aussi du mal à s'habiller seul, cela lui prend des heures et c'est fait tout de travers car il s'y prend mal. Sa maladresse se manifeste aussi dans tout ce qui est pratique...

La dyslexie : coup de pouce aux enfants DYS Publié le 03/11/2016 - 13h25

La dyslexie est un trouble qui se manifeste par une mauvaise association entre les lettres et les sons, et par une difficulté à saisir rapidement un mot dans sa globalité : l’enfant déchiffre  lentement et fait des erreurs. Ce trouble de l’apprentissage du lange écrit met les enfants en...

Troubles du langage : prévenir pour guérir Publié le 08/01/2002 - 00h00

Bégaiement, articulation difficile, dysphasie, dyslexie... En France, 4 à 5 % des enfants sont concernés par les troubles du langage écrit et 1 % ont des troubles du langage oral. Qu'elles soient légères ou sévères, ces difficultés laissent souvent les parents démunis et angoissés face à...

Plus d'articles