Quand la superstition donne mal au coeur

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Décembre 2001 : 01h00
-A +A
Visiblement la superstition est mauvaise pour le coeur. En effet, selon une étude américaine le nombre de décès cardiaques est plus important parmi les Chinois et les Japonais le 4 de chaque mois. Pourquoi ? Comme le 13 pour les Occidentaux, les Asiatiques redoutent le chiffre 4. L'excès de stress infligée par cette superstition en serait l'explication.

Le 4e jour de chaque de chaque mois ne serait pas de bon augure pour les Asiatiques, y compris pour les populations immigrées aux Etats-Unis. Ce chiffre suffirait à lui seul à provoquer un pic de mortalité cardiaque parmi les superstitieux.

Une équipe de chercheurs a identifié une augmentation de 7% de la mortalité cardiaque le 4 de chaque mois. Cette constatation est particulièrement évidente parmi les Américains d'origine chinoise et japonaise préalablement atteints d'une maladie chronique du cœur. En revanche, cet excès de mortalité n'est pas retrouvé parmi les blancs américains, et ce, même le 13 de chaque mois. Selon les auteurs, ce résultat s'explique par le fait qu'il n'existe pas de lien linguistique entre l'anglais et le chiffre 13, contrairement au mandarin, cantonais et japonais avec le 4. En effet dans ces langues, la prononciation des mots « mort » et « quatre » est identique.

Coeur fragile, attention au stress mortel !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Décembre 2001 : 01h00
A lire aussi
L’insuffisance cardiaque : repérer l’essoufflement Publié le 05/04/2016 - 08h47

L’Insuffisance cardiaque touche plus d’un million de Français. Pourtant, cette maladie est méconnue du grand public, avec notamment une confusion autour des symptômes et du pronostic. Retour à la réalité avec le Pr Richard Isnard, cardiologue à Paris à l’Hôpital de la...

L’alcool, un peu, beaucoup ou pas du tout ? Publié le 03/07/2015 - 10h42

Faut-il s’abstenir de boire ne serait-ce que la moindre goutte d’alcool ? Une nouvelle étude le laisse entendre, allant à contre-courant des données scientifiques en faveur d’un bénéfice cardiovasculaire observé chez les personnes buvant un à deux verres quotidiens.

Pas de sur-risque cardiaque pour les marathoniens Publié le 20/01/2012 - 13h43

Bonne nouvelle, contrairement à une idée reçue, le marathon ou le semi-marathon n’augmente pas le risque d’accident cardiaque. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs ont examiné les données disponibles des dix dernières années ayant porté sur quelque 11 millions de coureurs de...

Plus d'articles