Quand l'imagination est un frein

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 08 Décembre 2004 : 01h00
-A +A
Pascale doit annoncer sa grossesse à son employeur. Elle en est malade, sachant que pour l'entreprise, ça tombe très mal. Elle sait qu'il va mal réagir et elle retarde au maximum cette annonce. Vient le jour où elle ne peut plus reculer. Elle se lance, et, à sa grande surprise, son employeur répond : " Félicitations, je suis très heureux pour vous. Les enfants, c'est ce qu'il y a de plus merveilleux au monde. " Devant son air étonné, il ajoute " bien sûr, pour l'entreprise, ce n'est pas le moment idéal, mais c'est la vie non ? " Et il a un grand sourire tout à fait charmant !

Tout comme cette jeune femme, trop souvent, nous imaginons par anticipation, la réaction des personnes de notre entourage. Sans y penser, nous nous mettons à leur place avec les informations que nous possédons sur elles et nous pensons savoir comment elles vont réagir. Et nous avons souvent tout faux !Ce que nous savons de l'autre est seulement la partie émergée de l'iceberg. Nous ignorons souvent presque tout de ses rêves, de son caractère, de ses angoisses et de ses désirs. Alors, l'autre nous surprend. Il est beaucoup plus complexe, beaucoup plus grand que ce que nous pensions jusqu'à présent.Un grand nombre de nos peurs proviennent de cette imagination mal utilisée. Nous n'osons pas nous lancer, nous n'osons pas demander car nous imaginons que nous aurons à faire face à une réaction négative, à un rejet.

Cette manière de penser a deux facettes : d'un côté, elle nous rassure, car nous avons l'impression de comprendre les autres, de percevoir le monde Cela peut être rassurant, il est vrai.Mais cette manière de penser nous emprisonne. Elle nous bloque de tous les côtés. Si je fais ceci, je pense qu'il se passera cela et si je fais cela, je crois qu'il se produira encore autre chose. Alors que je n'en sais rien. De ce fait, je n'ose pas m'affirmer, je n'ose pas demander, je n'ose pas aller de l'avant, je n'ose pas montrer vraiment qui je suis

La sagesse, ce serait d'accepter de ne pas tout savoir. Accepter de laisser sa chance à l'autre d'être meilleur que ce que nous aurions imaginé. C'est accepter le mystère, la surprise. Et quand on se met en situation d'être surpris, on l'est souvent agréablement !

Publié par Dr Catherine Solano le Mercredi 08 Décembre 2004 : 01h00
A lire aussi
Être un bon mâle avant d'être un bon amant ! Publié le 16/04/2003 - 00h00

Pour être un bon amant, il faut, avant toute chose, se sentir vraiment homme. Sinon, le sentiment de doute, de manque de confiance envers sa virilité va paralyser la trajectoire érotique, de la séduction au plaisir, en passant par le désir, l'excitation et l'orgasme...

Je veux être aimé, faire plaisir, et je m'oublie... Publié le 25/08/2008 - 00h00

Ce type de fonctionnement psychologique où l'on fait toujours passer l'autre avant soi est très répandu. Les psychologues le qualifient parfois d'assujettissement. Certaines victimes en sont parfaitement conscientes et d'autres beaucoup moins. Quand vous faites passer les besoins des autres avant...

Orientation et identité sexuelle Publié le 15/09/2004 - 00h00

Chacun ressent de façon très personnelle sa propre sexualité. Et il existe deux aspects très importants et complémentaires : l'identité sexuelle qui correspond au genre (suis-je homme ou femme ?) et l'orientation sexuelle (suis-je attiré(e) par les hommes ou par les femmes ?).

Plus d'articles