Première greffe totale de la face

Publié le Vendredi 30 Juillet 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 02 Août 2010 : 02h00
L'équipe du Pr Lantieri a réalisé fin juin la première greffe totale de la face, au CHU Henri Mondor de Créteil. Retour sur cette innovation mondiale.

La première greffe partielle du visage a eu lieu en France en 2005

Une patiente avait reçu le nez et la bouche de son donneur. Depuis, d'autres greffes partielles ont permis de remplacer la bouche, le menton, les joues ou encore les sourcils des receveurs. En mars 2010, une équipe espagnole réalisait la première greffe quasi-totale du visage : seuls les yeux et la langue du receveur n'avaient pas été remplacés.

La greffe réalisée par le Pr Lantieri va encore plus loin. En effet, cette fois-ci, les paupières, leurs muscles et les conduits lacrymaux ont été greffés, ce qui n'avait pas été le cas pour le patient opéré en Espagne.

7 heures d'intervention pour cette première greffe totale du visage

Le patient opéré à l'hôpital Mondor souffrait d'une maladie génétique qui lui déformait le visage. Il a reçu le visage d'un donneur qui avait manifesté de son vivant son accord pour un don d'organes.

Le prélèvement du visage du donneur a pris sept heures. Ensuite, l'intervention sur le receveur a duré douze heures. Après avoir passé cinq jours en réanimation, ce dernier se porte bien. Il suit un traitement destiné à éviter une infection ou le rejet du greffon, risques communs à toute greffe.

Publié le Vendredi 30 Juillet 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 02 Août 2010 : 02h00
Source : hopital.fr
A lire aussi
Greffe de visage : quelles retombées ?Publié le 19/12/2005 - 00h00

La toute récente greffe de visage a eu un éclat médiatique retentissant, amplifié par diverses polémiques. Pourquoi ? Quels étaient les obstacles médicaux ? Quels sont les problèmes éthiques ? Le point sur cette première mondiale, réalisée à Amiens en France.

Greffer des organes congelés : c'est possible!Publié le 04/02/2002 - 00h00

Des essais sur le rat montrent qu'il est maintenant possible de greffer des organes ayant été congelés. L'application de cette technique à l'homme pourrait permettre de développer les transplantations d'organes qui restaient jusqu'ici très limitées.

Plus d'articles