Une première mondiale : un coeur réparé grâce à une greffe de cellules de la cuisse

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 16 Octobre 2000 : 02h00
-A +A
Pour la première fois dans le monde, une équipe française vient de greffer dans le coeur défaillant d'un homme de 72 ans, des cellules prélevées sur un muscle de sa cuisse. Trois mois plus tard, la partie endommagée du coeur est redevenue contractile. La fonction cardiaque de cet homme s'est ainsi remarquablement améliorée. Cette technique innovante apporte de nouveaux espoirs face à l'insuffisance cardiaque dont la première cause est l'infarctus du myocarde, une maladie qui progresse à grands pas avec le vieillissement de la population.

L'insuffisance cardiaque est l'incapacité du cœur à assurer sa fonction de pompe. Le cœur est un muscle qui se contracte à intervalles réguliers pour envoyer dans l'ensemble de l'organisme le sang oxygéné. Lorsque les cellules responsables du rythme sont lésées, le cœur n'assure plus sa fonction et l'évolution peut être fatale car contrairement à d'autres, les cellules contractiles du cœur ne régénèrent pas. La première cause de ces troubles est l'infarctus du myocarde. Il s'agit de l'obstruction d'une des artères coronaires (irriguant le cœur), qui en privant d'oxygène une partie du muscle cardiaque entraîne sa destruction.

Un exploit français : comment remettre à neuf un cœur défaillant ?

Dans le but de réparer un cœur défaillant, une équipe française a eu l'idée de greffer dans la partie lésée des cellules musculaires non cardiaques mais ayant la capacité de régénérer. Cette thérapie innovante a été mise en œuvre pour la première fois chez un homme de 72 ans souffrant d'insuffisance cardiaque à la suite d'un infarctus du myocarde. A partir d'un petit fragment de muscle prélevé sur sa cuisse, plusieurs centaines de milliers de cellules ont été obtenues en laboratoire en une quinzaine de jours. Lors d'une intervention chirurgicale de type pontage coronarien, ces cellules ont été injectées dans la partie déficiente du cœur. Trois mois plus tard, l'état du patient s'est remarquablement amélioré (avec notamment la disparition de l'essoufflement) et comme le montre l'échographie, l'ancienne partie lésée du cœur se contracte à nouveau.

L'ouverture d'une nouvelle voie thérapeutique

L'insuffisance cardiaque est une maladie de plus en plus fréquente, principalement en raison du vieillissement de la population. Or actuellement, lorsque les médicaments sont devenus insuffisants, seule la solution de la transplantation cardiaque reste possible. Cette intervention est délicate et lourde. Elle est de plus limitée par la pénurie générale en organes.Aujourd'hui, l'exploit français ouvre une nouvelle voie thérapeutique dont pourrait bénéficier un très grand nombre de malades insuffisants cardiaques, notamment ceux qui ne sont pas candidats à la transplantation ou ayant une contre-indication, comme par exemple l'âge.Soulignons également que ce traitement a l'avantage d'être anti-rejet puisqu'il s'agit de greffer les propres cellules du patient. Un beau succès médical à mettre sur compte d'un équipe française !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 16 Octobre 2000 : 02h00
Source : Pr P Menasché, Dr M Scorsin (Hôpital Bichat), Prs AA Hagège, M Desnos, D Duboc (Hôpitaux Européen Georges Pompidou et Cochin), Dr P Marolleau (Hôpital Saint-Louis), INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), Drs JT Vilquin et K Schwartz (Paris, France). www.egora.fr
A lire aussi
Thérapie cellulaire : le nouveau Graal de la médecine moderne ? Publié le 17/08/2001 - 00h00

L'année dernière, la célèbre Food and Drug Administration aux USA (FDA) octroyait des millions de dollars pour la recherche sur les thérapies cellulaires aux dépends des thérapies géniques. En effet, ces dernières ont beaucoup souffert de l'obscurité qui a entouré les dernières...

Insuffisance cardiaque Publié le 27/09/2002 - 00h00

L'insuffisance cardiaque est une pathologie encore trop méconnue.L'insuffisance cardiaque est pour de nombreuses personnes la cause d'un net ralentissement de leur activité physique.

Plus d'articles