Polyarthrite rhumatoïde : les patients attendent toujours leurs médicaments

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
-A +A
En France près de 250.000 personnes souffrent de polyarthrite rhumatoïde. Depuis plus de deux ans, des milliers d'entre eux sont toujours sur la liste d'attente pour avoir accès aux nouveaux traitements très performants contre cette maladie invalidante et très douloureuse.

Il existe des traitements, mais faute de budget, nombre de malades sévèrement atteints ne peuvent en bénéficier ! Alerté par le coup de gueule des patients, soutenus par les rhumatologues contraints de devoir faire un choix inacceptable (à quel patient plutôt qu'un autre vont-ils prescrire le médicament ?), Jean-François Mattéi, ministre de la Santé, vient de promettre le doublement du nombre des traitements en 2003 en assurant que plus de 10.000 malades atteints de polyarthrite rhumatoïde bénéficieraient fin de l'année prochaine des plus récentes molécules.

Cette redoutable affection qui déforme et détruit les articulations, touche près de 250.000 Français. Aujourd'hui, nous disposons de nouveaux médicaments dits « révolutionnaires » car capables de bloquer l'évolution de la maladie. Ces molécules sont des anti-TNF alpha comme Remicade (infliximab) et Enbrel (étanercept). Elles peuvent radicalement changer la vie des patients. Non seulement la douleur est diminuée, mais certains peuvent même reprendre leur travail après plusieurs années d'invalidité.

Le seul inconvénient vient de leur coût très élevé fixé par les laboratoires : autour de 9.200 euros (soit environ 60.000 francs) par an et par malade, ce qui explique en partie les restrictions imposées par l'administration. A l'heure actuelle, 23.000 à 30.000 patients atteints des formes les plus sévères devraient bénéficier de ces anti-NTF alpha. Or, ils ne sont que 5.500 à y avoir accès. De plus, il existe une forte disparité régionale des crédits. Cette polémique financière, ne datant pourtant pas d'hier, relance le problème des coûts faramineux de certains traitements délivrés par les hôpitaux. A la différence des médicaments de ville, leurs tarifs ne font pas l'objet de négociations globales avec l'Etat. Ainsi, un fabricant en situation de monopole peut fixer son prix en toute liberté.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, 28 novembre 2002.
A lire aussi
Vivre avec la maladie de Verneuil (hidrosadénite) Publié le 19/10/2016 - 14h08

La maladie de Verneuil (hidrosadénite suppurée) se manifeste par des lésions cutanées au niveau des plis du corps. C’est une maladie particulièrement douloureuse et invalidante dans la vie quotidienne, avec un impact socioprofessionnel considérable. À ce jour, la France est seul grand pays...

Les espoirs apportés par les progrès du traitement de l'hépatite C Publié le 28/05/2001 - 00h00

L'hépatite C représente un vaste problème de santé, par son incidence élevée dans la population mondiale et par ses possibles complications (cirrhose, cancer du foie). Cela explique que cette maladie mobilise un grand nombre de chercheurs impliqués dans la mise au point de nouveaux...

Psoriasis : quand les malades résistent aux traitements... Publié le 26/12/2005 - 00h00

Le psoriasis handicape plus de 3 millions de Français. Nombre d'entre eux échappent aux traitements actuels. La mise à disposition d'un nouveau médicament, Remicade® (infliximab) devrait optimiser la prise en charge de ces malades en échec thérapeutique.

Plus d'articles