Polyarthrite rhumatoïde : trois jours pour l'information et la recherche

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Avril 2001 : 02h00
-A +A
L'Association française des Polyarthritiques organise les 20, 21 et 22 avril 2001 trois Journées Nationales afin de faire connaître la maladie rhumatismale au grand public et d'aider la recherche génétique dans ce domaine.

Des manifestions sur les marchés et des débats dans 13 villes

La maladie rhumatismale touche en France près de 400.000 personnes. En Europe plus de 2 millions de sujets en sont atteints, dont 75% de femmes. La polyarthrite rhumatoïde se manifeste généralement vers l'âge de 45 ans par des douleurs articulaires faisant souffrir principalement la nuit, puis elle entraîne une raideur matinale accompagnée d'une grande fatigue. Par la suite, elle provoque des déformations des articulations amenant près d'un tiers des patients à recourir à la chirurgie. Considérée à tord comme une « maladie de vieux », la plupart des sujets atteints n'osent plus par pudeur montrer leurs mains et par douleur donner une poignée de main. Les patients iront donc samedi et dimanche sur les marchés à la rencontre du public dans le cadre de l'opération intitulée « Journée Bisous » pour faire connaître leur maladie.Des débats autour du thème « Main dans la main : chercheurs, médecins et malades » auront lieu dans 13 villes : à Paris (palais du Luxembourg, le 21 de 14 à 17h), Lille, Lyon, Rennes, Tours, Grenoble, Rouen, Dijon, Mâcon, Nevers, Clermont-Ferrand, Avignon, Albert (Oise). Le laboratoire de Recherche Européen pour la Polyarthrite Rhumatoïde, sur le site Genopole d'Evry, ouvrira ses portes le 22 de 14 à 18h.

Un nouveau programme de recherche génétique

Pour soutenir la recherche génétique, une collecte de fond auprès du grand public sera organisée. A cette occasion, le Laboratoire de Recherche Européen pour la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) lance un nouveau programme de recherche Genhotel afin de trouver des facteurs génétiques prédisposant à cette affection. Il ne s'agit pas d'une maladie héréditaire, mais découvrir ces éléments génétiques permettrait d'identifier des cibles thérapeutiques visant à traiter les causes de la maladie et non plus ses conséquences handicapantes.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 17 Avril 2001 : 02h00
Source : Association française des Polyarthritiques & Laboratoire de Recherche Européen pour la Polyarthrite Rhumatoïde (Genopole d'Evry), avril 2001.