Piercing et tatouage : l'urgence d'une réglementation

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 14 Janvier 2008 : 01h00
La pratique des piercings et des tatouages continue à progresser et s'accompagne d'une multiplication des accidents et incidents. L'Académie de médecine souligne l'urgence de mettre en place une réglementation ou un encadrement rigoureux. Ses recommandations sont précises et sévères. Certaines portent sur les mesures d'hygiène, d'autres vont beaucoup plus loin : formation obligatoire des perceurs, responsabilité juridique, piercings des organes génitaux fortement déconseillés, signature d'un consentement écrit avec délai de réflexion de 15 jours, etc.

Piercing et tatouage : au-delà des risques infectieux...

Afin d'éviter les risques infectieux inhérents aux piercings et aux tatouages, actes qui constituent selon les termes de l'Académie de médecine « de véritables agressions corporelles avec effraction cutanée, ou muqueuse et parfois insertion d'un corps étranger », il est impératif de respecter des règles d'hygiène rigoureuses, qui s'appliquent au local, au matériel, au perceur, au traitement des déchets, etc. Dans ce cadre, sont notamment proposés une formation des professionnels, un agrément des autorités sanitaires avec inspections et contrôles réguliers. Les perceurs et les tatoueurs doivent engager leur responsabilité civile. Ainsi, toute complication ne relèvera pas de la prise en charge par la sécurité sociale. Concernant les risques particuliers de certaines localisations (zones cartilagineuses, bouches, langue, mamelon, organes génitaux), il est indispensable d'en informer les adolescents notamment, et de préciser les risques pathologiques et de séquelles esthétiques.

Piercing des parties génitales : formellement déconseillé !

Selon les termes de l'Académie, « il est hautement souhaitable que le perçage des parties génitales soit formellement déconseillé et que soient sanctionnés ceux qui les pratiquent, soit au titre de violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente, soit au titre d'exercice illégal de la médecine si le perceur a prescrit des antibiotiques ou des anti-inflammatoires ou utilisé des anesthésiants ».

Avant 16 ans, tout tatouage et tout perçage à l'exception de celui du lobe de l'oreille sont formellement déconseillés. Jusqu'à 18 ans, le perçage de la langue et des mamelons est encore formellement déconseillé. Une autorisation parentale écrite est nécessaire pour les mineurs. Par la suite, adolescents et adultes doivent signer un consentement écrit en respectant un délai de réflexion de 15 jours. Avant tout acte, le candidat au piercing et au tatouage doit consulter un médecin afin de s'assurer de l'absence d'antécédents d'allergie et de contre-indication. Et enfin, « le don du sang doit être interdit au cours de l'année suivant un tatouage ou un perçage ». En conclusion, les académiciens estiment « indispensable que des conditions de sécurité identiques à celles d'un acte médico-chirurgical soient assurées, spécialement pour certaines localisations particulières ». Pour en savoir plusRapport de l'Académie de médecine : www.academie-medecine.fr

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 14 Janvier 2008 : 01h00
Source : Communiqué de l'Académie de médecine, janvier 2008.
A lire aussi
Choisir le bon tatoueur / pierceurPublié le 17/11/2008 - 00h00

Les tatouages et les piercings connaissent actuellement un franc succès de la part de tout public, de tous âges et de toutes classes sociales. le problème est que se faire tatouer ou piercer peut comporter des risques, particulièrement des risques infectieux. pour les minimiser, il est...

Piercing : quelle est l'ampleur de cette pratique ?Publié le 30/06/2008 - 00h00

Qui sont ces personnes qui exhibent ou cachent un piercing ? Quelles sont les zones corporelles les plus souvent percées ? Les femmes sont-elles plus adeptes au piercing que les hommes ? Quelles sont les tranches d'âges les plus concernées ? Et enfin, quelle est la fréquence des complications ?...

Piercing : informer pour limiter les risquesPublié le 24/04/2006 - 00h00

Le piercing nécessite de transpercer la peau ou les muqueuses et constitue ainsi une porte d'entrée potentielle pour des agents infectieux. Les risques sont réels au moment de la réalisation du geste, mais également durant la période de cicatrisation qui s'ensuit. Mieux vaut s'informer pour...

Pour un piercing à risque limitéPublié le 31/07/2009 - 00h00

Renoncer à un piercing est la décision la plus sage. À défaut, voici quelques consignes pour prévenir les risques inhérents à la réalisation d'un piercing.

Plus d'articles