Un guide des bonnes pratiques du piercing : l'hygiène en plus !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Juillet 2001 : 02h00
-A +A
Avec le piercing, tout est possible : nombril, nez, oreille, langue, organes génitaux ... Cependant, face à des risques d'infection très inquiétants, les médecins ont décidé de se rencontrer afin de trouver un langage commun permettant de réunir les intérêts de deux mondes différents composés d'un côté de professionnels de la santé, de l'autre de professionnels du piercing. De cet échange est né un guide des bonnes pratiques.

En France, on estime à plus de 100.000 le nombre de personnes ayant recours au piercing chaque année ! Les adeptes de cette pratique très ancienne et répandue de par le monde sont de plus en plus nombreux. Le nombre de professionnels du piercing se développe en conséquence, à tel point qu'aujourd'hui, même les coiffeurs s'y mettent … Quant à l'hygiène, elle préoccupe plus ou moins : certains pierceurs sont soucieux des bonnes pratiques, d'autres le croient et certains s'en moquent complètement. Au final, 10 à 30% des piercings se compliquent d'une infection et mettent ainsi plusieurs mois à cicatriser. L'origine des infections est diverse : bactérienne avec les streptocoques, les staphylocoques, parfois les pseudomonas, à cela s'ajoute un risque de contamination par les virus des hépatites B et C, mais également par le VIH, sans oublier le virus de l'herpès et le papillomavirus (virus responsable de divers lésions cutanées).

Un constat alarmant

Inquiets, les professionnels de santé ont élaboré un guide des bonnes pratiques afin que piercings et tatouages en tout genre ne s'associent pas systématiquement avec une infection. Distribué gratuitement à tous les professionnels du piercing, il établit quelques règles standards d'hygiène : stériliser le local, le matériel (aiguilles, cathéter …) et éliminer systématiquement les déchets ; la stérilisation par la vapeur à 134° durant 18 minutes est recommandée, une méthode de référence contre le risque infectieux lié aux prions.

Quelques conseils pratiques

Après un piercing lingual ou génital, abstenez-vous pendant 2 à 3 semaines de contact oro-oral, oro-génital et sexuel. Ensuite, employez systématiquement un préservatif jusqu'à cicatrisation complète.Mais aussi, évitez :

  • les vêtements trop serrés et sales ;
  • les frottements : portez soutien-gorge et slip ;
  • les bains de mer et en piscine jusqu'à cicatrisation complète ;
  • les aliments épicés et acides, au minimum durant la phase inflammatoire.
Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 23 Juillet 2001 : 02h00