L'obsession de la musculature chez les hommes, un équivalent de l'anorexie féminine

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 18 Décembre 2006 : 01h00
-A +A
L'anorexie mentale est au départ due à un « défaut physique imaginaire » où la minceur n'est jamais jugée suffisante. Si cette obsession est plutôt féminine, les hommes, eux, sont de plus en plus sujets à une maladie équivalente, se traduisant par une musculature toujours jugée insuffisante (muscle dysmorphia).

Cette famille de maladies où l'on est obsédé par son physique est dénommée par les médecins le " body dysmorphic disorder " (BDD) ou peur d'une dysmorphie corporelle.

Les éternels insatisfaits d'une partie de leur corps

Le Dr Jean Tignol, médecin psychiatre, décrit très bien cette maladie dans son livre : « les défauts physiques imaginaires » (éditions Odile Jacob).

Les hommes souffrant de « muscle dysmorphia » sont préoccupés par une musculature supposée insuffisante. Il ne s'agit pas d'un banal complexe, mais d'une véritable obsession. Ces hommes pratiquent des exercices physiques intensifs excessifs, sources de problèmes musculaires et tendineux, sans jamais réussir à atteindre une musculature qu'ils jugeraient correcte. C'est en cela que leur problème est superposable à celui des anorexies mentales : la minceur n'est jamais suffisante, comme ici, la musculature, même hypertrophiée est toujours jugée insuffisante. On connaît ainsi des anorexiques d'une maigreur à faire peur s'estimant obèses, tout comme on peut rencontrer des hommes atteints de cette « muscle dysmorphia » bâtis comme des Mr Muscles, se jugeant maigrichons et pas assez virils.

Une apparence physique obsessionnelle

Ces personnes ont tendance à mettre tous leurs échecs dans quelque domaine que ce soit sur le compte de leur physique jugé insatisfaisant, voire ridicule. Ces hommes ont tendance à suivre un régime alimentaire très rigoureux pour bannir la graisse qui envelopperait leurs muscles, à prendre des produits anabolisants (produits dopants interdits et dangereux) destinés à augmenter leur musculature. Ils pensent continuellement à leur problème d'apparence physique qui est une véritable obsession. Bien entendu, l'entourage tente de les raisonner, de leur dire qu'ils sont parfaitement normaux, voire même bien musclés, mais ils ne peuvent entendre ce discours. Il ne sert à rien de tenter de les rassurer, ils ne sont pas réceptifs, leur obsession occupant tout l'espace et ne laissant aucune place à la raison en ce domaine.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 18 Décembre 2006 : 01h00
Source : Dr Jean Tignol, " les défauts physiques imaginaires " , éditions Odile Jacob.
A lire aussi
Vaincre l'anorexie Publié le 10/01/2002 - 00h00

En France, l'anorexie mentale, trouble grave des conduites alimentaires, concerne 50 000 personnes, dont 90 % d'adolescentes. Quelques pistes pour comprendre la maladie et s'en sortir.

Anorexie, comment la prévenir ? Publié le 05/05/2011 - 09h47

Ex-mannequin anorexique, Isabelle Caro, engagée contre cette maladie, est morte en novembre dernier à l’âge de 28 ans. Si dans 80 % des cas, l’anorexie se soigne, elle requiert une prise en charge plurielle. Quelles sont les causes de cette maladie et comment la soigner ? Les réponses de...

Dysmorphophobie : quand la laideur, c'est dans la tête ! Publié le 03/12/2015 - 13h57

La dysmorphophobie, c’est l’impression d’avoir un corps laid ou hors-normes, et, dans le contexte des troubles alimentaires, un corps qui est, dans l’immense majorité des cas, perçu comme trop gros, au risque de tomber dans l’anorexie-boulimie. C’est pourtant juste une impression :...

Anorexie, boulimie : 12 conseils aux parents Publié le 30/03/2012 - 09h59

L’anorexie et la boulimie font partie des troubles du comportement alimentaire.Ces maladies toucheraient 10% de la population, majoritairement des adolescentes. Le culte de la minceur, angoissant et culpabilisant, contribue à répandre ces graves affections. Mais le contexte familial influe...

Plus d'articles