Le mythe de l'enfant unique

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Décembre 2008 : 01h00
-A +A
L'enfant unique était autrefois exceptionnel. Aujourd'hui, avec la planification des naissances et la baisse de la fertilité, les couples n'ayant qu'un enfant sont courants. Parallèlement, les mentalités ont changé et l'enfant unique n'est plus critiqué ni entouré de préjugés.

Enfant unique : enfant différent ?

Evolution de la médecine, planification des naissances, baisse de la fertilité et couple monoparental font qu'aujourd'hui, les enfants uniques sont de plus en plus nombreux. Si autrefois l'enfant unique a été critiqué et entouré de préjugés, les mœurs ont évolué. Non l'enfant unique (ou enfant-roi) n'a pas plus de problèmes que ceux vivant en fratrie, ils ne sont pas plus égoïstes non plus, ni caractériels. En revanche, il est vrai que sa situation est différente par certains aspects dont il faut tenir compte.

L'enfant-roi

L'enfant unique est un enfant-roi qui bénéficie de beaucoup plus d'attention. Les parents en ont clairement conscience et leur souci est de le socialiser très tôt et de lui fournir de multiples compagnons de jeux (cousins, voisins, etc.).

Parallèlement, l'enfant qui grandit seul à la maison acquiert plus d'aisance avec les adultes. Elevé entre deux adultes, il est souvent stimulé intellectuellement (faisant parfois penser à un enfant précoce). Souvent entouré d'adultes (entourage adulte des parents), il apprend également à parler plus tôt et enrichit rapidement son vocabulaire.

En revanche, il n'a pas l'expérience de la rivalité fraternelle ni du partage. Il n'apprend guère les jeux ni la complicité. C'est ainsi qu'il acquiert une maturité intellectuelle souvent au détriment de la maturité affective.

Si les parents sont épanouis, heureux dans leur vie, l'enfant se développera de façon harmonieuse. Inversement, en cas de conflit, l'enfant va en souffrir de plein fouet : pensant qu'il est responsable, il se sentira coupable.

La situation risque également d'être difficile en cas de famille monoparentale où l'enfant fait couple avec le parent qui en a la garde. Il se retrouve chargé de responsabilités importantes, il développe une complicité étroite avec l'un de ses parents et peut aussi devenir le confident de cet adulte.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Décembre 2008 : 01h00
Source : Sylvie Angel, " Mieux vivre ma vie ", éditions Larousse.
A lire aussi
Fratrie : la place détermine-t-elle la personnalité ? Publié le 03/11/2011 - 14h01

Et si notre personnalité dépendait de notre rang de naissance ? L'idée ne date pas d'aujourd'hui, mais elle interpelle. Dans les querelles fraternelles, chacun jouerait son rôle et se façonnerait ainsi des traits de caractère bien particuliers. Chacun dans une case ? Pas si simple. Le...

Et si mon enfant était surdoué ? Publié le 11/05/2015 - 12h55

Surdoué comme on le dit encore, ou précoce. Le terme officiel est « à hauts potentiels ». Quel que soit le nom qu’on leur donne, à peu près 2% de la population a une intelligence quantitativement et qualitativement (ou fort) différente de celle des autres, qui s’accompagne d’un mode...

Parents âgés : faut-il les prendre chez soi ? Publié le 06/04/2009 - 00h00

Le caractère peut devenir difficile avec l'avancée en âge. Et c'est encore plus difficile quand ce sont de vos parents dont il s'agit.Vous vous sentez une responsabilité, vous avez à gérer la vie concrète de tous les jours en prenant en compte leurs besoins... et leur caractère.Claudine...

Plus d'articles