Mode d'emploi pour une meilleure prise en charge du diabète de type 2

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Novembre 2000 : 01h00
-A +A
La qualité de la prise en charge des patients atteints de diabète de type 2 s'améliore grâce au programme national mis en oeuvre par l'assurance maladie depuis le début de l'année 1999. Basé sur des entretiens individuels entre médecins conseils et praticiens, cette campagne de promotion des « bonnes pratiques » est efficace et bien perçue. Notamment, en un an, la prescription trimestrielle de l'hémoglobine glyquée est passée de 41 à 55%, montrant ainsi une progression des comportements.

Un an après avoir lancé son programme de « bonnes pratiques » de soins pour améliorer la qualité de prise en charge et le suivi médical des diabétiques non insulinodépendants (type 2), l'assurance maladie peut être satisfaite, même s'il reste encore du chemin à parcourir. La progression est en partie liée à la mise en place d'entretiens individuels entre médecins conseils et généralistes, visant à promouvoir les dernières recommandations scientifiques dans ce domaine. De cette manière, plus de 25.000 praticiens ont été contactés. Parallèlement, des actions d'informations et de sensibilisations ont été conduites localement par les délégations régionales.

Selon l'évaluation de la CNAM, sur 830.000 patients traités par hypoglycémiants oraux, ils sont 55% à avoir bénéficié d'un dosage trimestriel de leur hémoglobine glyquée contre 41% en 1998. Les scientifiques considèrent en effet que cette analyse est plus efficace que le contrôle de la glycémie (beaucoup trop variable). Le taux d'hémoglobine glyquée est proportionnel aux taux de sucres moyens constatés dans le sang pendant le dernier trimestre. Il s'agit là d'une évolution de 14% en matière de comportements.En ce qui concernent les autres examens, notamment pour le dépistage d'éventuelles complications, l'amélioration est moins spectaculaire mais néanmoins réelle. Les prescriptions annuelles du fond d'œil, de l'électrocardiogramme et de la microalbumine sont passées respectivement de 39 à 41,5%, de 28 à 30% et de 11 à 14%.

Côté médecins

Ces échanges fraternels de connaissances entre médecins conseils et praticiens sont appréciés et 74% d'entres eux souhaiteraient qu'ils se poursuivent. Ils sont également 82% à estimer avoir amélioré la prise en charge de leurs patients.

Côté patients

Le développement de la qualité de la prise en charge est particulièrement bénéfique et surtout primordial vis-à-vis des complications éventuelles d'un diabète. Il est souhaitable qu'une telle campagne se renouvelle car elle permet notamment de coller la pratique médicale aux données scientifiques les plus récentes.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 06 Novembre 2000 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6790, lundi 30 octobre 2000.
A lire aussi
Diabète : halte à la négligence ! Publié le 07/01/2004 - 00h00

Le suivi médical des personnes atteintes de diabète reste très insuffisant. Malgré les programmes d'information et de sensibilisation auprès des personnes diabétiques, les recommandations ne sont toujours pas appliquées.

Diabète : mon programme de suivi Publié le 23/11/2009 - 00h00

Tout diabète nécessite une prise en charge reposant principalement sur des règles d'hygiène, notamment alimentaires. Avec ou sans traitement médicamenteux, le suivi est essentiel. Quelles sont les bases de ce suivi du diabète et quels sont les objectifs ?

Diabète : dépistage, surveillance et traitement du diabète Publié le 15/05/2006 - 00h00

Le diabète touche plus de 2 millions de personnes en France. Avec l'augmentation de l'espérance de vie, le nombre de personnes atteintes de diabète va encore fortement progresser. Du fait de ses complications, le diabète est une maladie redoutable qu'il vaut mieux dépister précocement. Et...

Plus d'articles