IST, comment les éviter, comment les dépister ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 25 Novembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 26 Juillet 2011 : 15h52
-A +A

Parmi les infections sexuellement transmissibles (IST), certaines sont redoutables, voire potentiellement mortelles (hépatite B, VIH), d'autres sont bénignes à la seule condition de les dépister tôt et d'entreprendre le traitement adéquat. Quelles sont les principales IST, leur mode de transmission, leurs symptômes et les possibilités de traitement ? Enfin, comment s'en protéger ?

Les principales IST : mode de transmission / symptômes / dépistage / traitement

La syphilis

La syphilis est due à une bactérie transmise lors des relations sexuelles.

  • Symptômes : chancre (petite plaie indolore) sur la peau ou les muqueuses, qui apparaît transitoirement 2 à 4 semaines après la contamination. Non systématique, le chancre peut aussi passer inaperçu. Quelques mois plus tard la maladie évolue à un autre niveau : éruptions cutanées (sur le tronc, sur les paumes et la plante des pieds, périnéales, génitales, plaques rouges génitales ou dans la bouche), fièvre, douleurs articulaires, ganglions, pouvant aller jusqu'à des atteintes cérébrales.
  • Dépistage : prise de sang
  • Traitement : injection de pénicilline (antibiotique).

La blennorragie (chaude-pisse)

Elle est due à une bactérie gonocoque transmise lors des relations sexuelles.

  • Symptômes : un écoulement jaune par la verge ou l'anus survient une semaine après la contamination, accompagné d'une sensation de brûlure.
  • Dépistage : prélèvement urétral (canal qui excrète l'urine).
  • Traitement : antibiotiques.

La LGV rectale (lymphogranulomatose vénérienne)

Cette affection est due à une bactérie, chlamydiae trachomatis, transmise lors de pénétration anale non protégée.

  • Symptômes : inflammation du rectum, constipation, saignements, douleurs intestinales.
  • Dépistage : prise de sang.
  • Traitement : antibiotiques.

Les condylomes (crêtes de coq)

Ils sont dus à des virus appartenant à la famille des papillomavirus (comme ceux qui sont responsables du cancer du col de l'utérus) qui se transmettent par simple contact avec les ' verrues '.

  • Symptômes : petites verrues sur les organes génitaux ou sur l'anus. En l'absence de traitement, ces lésions peuvent évoluer en cancer.
  • Dépistage : examen médical.
  • Traitement : extraction locale des verrues.

La chlamydiae

La chlamydiae est due à une bactérie chlamydiae trachomatis, transmise lors des rapports sexuels.

  • Symptômes : elle est asymptomatique dans la majorité des cas. Sinon, on peut repérer un écoulement clair par la verge ou l'anus, voire une rougeur des muqueuses. Le problème des chlamydiae est leurs complications : infections génitales graves, grossesses extra-utérines et stérilité.
  • Dépistage : prélèvement urinaire, vaginal ou anal.
  • Traitement : antibiotiques.

L'herpès génital

L'herpès génital est généralement dû au virus herpès simplex de type 2, qui se transmet par simple contact avec les vésicules. Mais il peut aussi être dû au virus herpès simplex 1 ou herpès labial (bouton de fièvre), transmis par simple contact également et notamment lors de rapports oraux.

  • Symptômes : petits boutons groupés en bouquets (ou vésicules) souvent douloureux, qui disparaissent spontanément en 10 à 15 jours pour réapparaître régulièrement sous forme de crises précédées par des démangeaisons et des sensations de brûlures.
  • Dépistage : la description des symptômes suffit à identifier un herpès génital.
  • Traitement : traitement antiviral (Aciclovir) pour atténuer les symptômes et diminuer le nombre de crises, mais on ne guérit pas de l'herpès.

L'hépatite B

Le virus de l'hépatite B se transmet par le sang, les sécrétions sexuelles, voire la salive.

  • Symptômes : fièvre, fatigue, jaunisse. L'hépatite B guérit généralement spontanément, mais peut aussi se compliquer (dans 10% des cas) en cirrhose et cancer, potentiellement mortels.
  • Dépistage : prise de sang.
  • Traitement : la vaccination contre l'hépatite B est recommandée pour prévenir cette maladie.

Comment prévenir les IST ?

En adoptant une bonne hygiène et au minimum : savonnage après chaque rapport sexuel et passage aux toilettes pour uriner après chaque rapport tant pour les dames que pour les hommes.

Mais surtout : le PRESERVATIF, qui reste le seul moyen de se protéger contre les IST, en l'utilisant pour tous les rapports sexuels, même les fellations.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 25 Novembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 26 Juillet 2011 : 15h52
Source : Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes), brochure sur les Infections Sexuellement Transmissibles (IST).
A lire aussi
MST-IST : distinguez le vrai du faux Publié le 17/08/2012 - 06h02

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) ont été rebaptisées infections sexuellement transmissibles (IST).Que savez-vous de ces nombreuses infections qui imposent toutes le port du préservatif à chaque rapport sexuel ?Différenciez le vrai du faux pour vous en protéger efficacement.

Syphilis : une infection en forte recrudescence Publié le 21/04/2014 - 00h00

Le nombre de cas de syphilis ne cesse d’augmenter depuis une dizaine d’années. Quels sont les symptômes de cette infection sexuellement transmissible (IST) ? Comment repérer une syphilis ? Et surtout comment l’éviter ?

Sexe oral et infections sexuellement : il n'y a pas que le sida Publié le 14/06/2010 - 00h00

La pratique du sexe oral expose à des infections sexuellement transmissibles dont le HIV. On parle bien sûr souvent beaucoup du sida, IST la plus grave actuellement. Et pourtant, les autres infections sexuellement transmissibles posent elles aussi des problèmes...

Plus d'articles