Insuffisance cardiaque : décelée par un test sanguin

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 19 Août 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 20 Novembre 2014 : 11h59
-A +A
Le dosage du peptide natriurétique de type B vient une fois de plus de faire ses preuves. Ce test permet de diagnostiquer et d'évaluer la sévérité de l'insuffisance cardiaque en 15 minutes chrono, à partir de deux gouttes de sang et avec une grande fiabilité.

L'outil idéal du diagnostic de l'insuffisance cardiaque

Jusqu'à récemment, un patient souffrant de dyspnée aiguë (gêne respiratoire pouvant avoir une origine cardiaque ou pulmonaire) devait passer une radio thoracique et une échocardiographie, autant d'examens qui retardaient la prise en charge urgente de la pathologie cardiaque.

En effet, face à une dyspnée aiguë d'origine cardiaque, il est difficile de la distinguer des autres causes car les symptômes ne sont pas suffisamment spécifiques (dyspnée, toux, œdème). Par ailleurs, les examens standards ne sont pas infaillibles.

Aujourd'hui, les médecins disposent d'un outil ultra rapide et fiable pour diagnostiquer une insuffisance cardiaque et en mesurer la sévérité. Il s'agit du dosage sanguin du peptide natriurétique de type B (BNP), une neurohormone reflétant l'état de stress du tissu myocardique (état de nécrose du myocarde).

Dyspnée d’origine pulmonaire ou cardiaque ?

Sept centres hospitaliers ont participé à une étude incluant 1.586 patients s'étant présentés aux urgences pour dyspnée aiguë. Le diagnostic clinique d'insuffisance cardiaque a été porté par deux cardiologues indépendants chez 47% des sujets. Pour les autres, la dyspnée avait une autre origine. Les diagnostics ont systématiquement été réalisés à l'aide d'un bilan clinique standard, puis comparés aux résultats obtenus avec le dosage du PNB.

Ce test seul, sans cliché thoracique ni échographie, a permis un diagnostic correct chez 9 patients sur 10, soit une fiabilité bien plus importante que n'importe quel autre examen.

Ce test qui nécessite deux gouttes de sang et 15 minutes, sauve des vies et fait gagner un temps précieux !

Ainsi, ce test sanguin permet :

  • de confirmer le diagnostic d'insuffisance cardiaque,
  • d'en mesurer la sévérité,
  • de prédire les futurs évènements cardiaques (dont la mort subite),
  • d'évaluer l'efficacité du traitement.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 19 Août 2002 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 20 Novembre 2014 : 11h59
Source : Maisel A.S. et coll., Rapid measurement of B-Type Natriuretic Peptide in the emergency diagnosis of heart failure. N. Engl. J. Med., 347 (3) : 161-7, juillet 2002. Baughman K.L., B-Type Natriuretic Peptide - A window to the heart. N. Engl. J. Med., 347 (3) : 158-9, juillet 2002.
A lire aussi
Essoufflement d'origine cardiaque, insuffisance cardiaque Publié le 31/05/2001 - 00h00

La dyspnée - essoufflement ou difficulté à respirer - est un des symptômes qui peuvent signaler diverses formes de maladies cardiaques. Bien entendu, l'essoufflement peut également être la manifestation d'un problème non cardiaque : maladie pulmonaire, anémie, angoisse ou mauvaise forme...

Dyspnée Publié le 27/08/2003 - 00h00

La dyspnée est un inconfort respiratoire qui peut avoir des causes pulmonaires, cardiaques ou générales.La dyspnée est un motif fréquent de consultation.Aiguë ou chronique, son traitement dépend de la cause...Dans les cas graves ou d'insuffisance respiratoire chronique, une aide respiratoire...

Infarctus du myocarde : mieux se soigner quand on est une femme Publié le 11/11/2015 - 12h04

Chez la femme- et parce qu’elle est une femme- s’accumulent les retards dans la prise en charge de l’infarctus du myocarde. Convalescente, on lui propose aussi moins souvent une rééducation cardiaque, à laquelle elle renonce parfois d’elle-même. Le sexisme doit disparaître dans la prise...

Plus d'articles