Infarctus, AVC et cancers : chute spectaculaire de la mortalité

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Novembre 2013 : 06h39
Mis à jour le Vendredi 22 Novembre 2013 : 08h39

Selon le Panorama de la santé 2013 de l’OCDE, la mortalité par infarctus a chuté de 40 % au cours des 20 dernières années et celle des AVC de 50 %.

Plus modeste, la baisse de la mortalité par cancer régresse néanmoins de 15 %.

© getty

La mortalité par infarctus a chuté de 40 %

Toujours première cause de mortalité dans la plupart des 34 pays de l’OCDE, les maladies cardiovasculaires ont été responsables de 33 % des décès en 2011. Mais la mortalité liée à ces maladies accuse une baisse spectaculaire : - 40 % en moyenne depuis 1990 pour les crises cardiaques.

Cependant, la mortalité par crise cardiaque varie considérablement d’un pays à l’autre, l’Europe centrale et orientale affichant les taux de mortalité les plus élevés, tandis que les plus bas se rencontrent au Japon, en Corée et en France.

Cette baisse est attribuable aux progrès réalisés dans le traitement de ces pathologies, mais aussi au recul du tabagisme. Cela dit, les infarctus sont encore aujourd’hui responsables de 12 % des décès.

Concernant les AVC, la mortalité a chuté de moitié en moyenne, voire d’au moins deux tiers en Espagne, Estonie, au Luxembourg et au Portugal. Là encore, ce net recul est associé en partie à la réduction des facteurs de risque et aux avancées dans les traitements médicaux.

PUB

La mortalité par cancer a régressé de 15 %

Deuxième cause de mortalité, avec un quart des décès totaux dans les pays de l’OCDE, les cancers sont eux aussi associés à une diminution du taux de mortalité depuis 1990, de près de 15 % en moyenne.

Entre 1990 et 2011, ce recul est surtout attribué aux cancers de l’estomac, du côlon, du sein et du col de l’utérus chez les femmes, et des cancers de la prostate et du poumon chez les hommes. En effet, le nombre de décès a par ailleurs augmenté pour les cancers du pancréas, du foie, et les cancers du poumon chez les femmes.

Les facteurs de risque modifiables, comme le tabagisme, l’obésité, le manque d’exercice, et l’exposition excessive au soleil étant à l’origine de 90 à 95 % de tous les cancers, la baisse de la mortalité par cancer pourrait se poursuivre… voire s’accélérer grâce au dépistage et aux traitements.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 22 Novembre 2013 : 06h39
Mis à jour le Vendredi 22 Novembre 2013 : 08h39
Source : Panorama de la santé 2013, les indicateurs de l’OCPE, http://www.oecd.org/fr/els/systemes-sante/Panorama-de-la-sant%C3%A9-2013.pdf.
PUB
PUB
A lire aussi
Vent d'optimisme sur le cancerPublié le 09/04/2003 - 00h00

Grâce aux progrès thérapeutiques, on observe en Europe une baisse importante de la mortalité par cancer. A quelques exceptions, cette évolution concerne l'ensemble des tumeurs malignes, tant chez les hommes que chez les femmes.

Les Français se portent bienPublié le 18/02/2002 - 00h00

La santé des Français est bonne bien que des inégalités persistent. Ce sont les conclusions du rapport du Haut Comité à la Santé Publique (HCSP) parues au début du mois de février 2002....

Les décès en France ont diminué de 14 % entre 2000 et 2008Publié le 18/07/2011 - 08h26

Selon le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Inserm, la mortalité a diminué de 14 % entre 2000 et 2008. Les cancers sont toujours la première cause de décès tous âges confondus devant les maladies cardiovasculaires et les accidents.

Plus d'articles