Il, elle redouble...

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 17 Septembre 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 09h03
-A +A

C'est la rentrée scolaire et cette année, votre enfant « redouble ». La décision a peut être été prise en accord avec lui, peut être aussi contre son grès. Quoi qu'il en soit, il va vous falloir « faire avec » cette situation, souvent mal vécue par l'enfant et/ou ses parents. Comment transformer l'échec en réussite, telle est la question… ?

Pas de consensus

En matière de redoublement, que ce soit du côté des enseignants, des parents ou des pédagogues, il n'existe pas de consensus (en dehors de situations exceptionnelles comme une longue maladie ou l'arrivée récente d'un enfant ne parlant pas la langue).

Les uns sont plutôt pour, les autres s'y montrent farouchement opposés. Les uns considèrent que plus le redoublement est précoce, meilleur sera l'avenir scolaire de l'enfant. Pour d'autres, redoubler doit être une solution de dernier recours, ou encore une façon d'aider les enfants immatures (surtout dans les plus petites classes), tandis que certains se demandent comment on arrive à l'aider en le mettant avec des plus jeunes, etc. C'est ainsi qu'il existe des écoles, des pays, où l'on redouble, d'autres où l'on ne redouble pas

Il s'agit toujours d'un choix délicat...

Une seule certitude, le choix n'est jamais simple. Ceux qui y sont hostiles craignent que le redoublement entame durablement l'estime de soi du jeune élève, son goût d'apprendre et sa confiance en lui. Au contraire, ceux qui sont pour, considèrent qu'il va permettre à l'enfant de « souffler » (surtout s'il est en échec depuis plusieurs années), de retrouver un rythme d'apprentissage compatible avec le sien, de reprendre confiance en lui, de « mûrir » En tout cas, rien n'est gagné d'avance et il reste à tout mettre en oeuvre pour l'aider à vivre le mieux possible cette situation, afin non seulement qu'il réussisse sa scolarité mais aussi qu'il soit un élève heureux Et pour atteindre cet objectif, chacun a sa part de responsabilité, l'enfant, certes, mais aussi ses parents et son environnement scolaire.

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 17 Septembre 2003 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 09h03
A lire aussi
Le psychologue scolaire : un interlocuteur privilégié Publié le 18/09/2002 - 00h00

Alerté par les professeurs ou les parents, le psychologue scolaire rencontre les enfants en situation d'échec et travaille à rétablir une communication indispensable à la stabilité psychologique de l'élève. Suzanne Guillard, psychologue scolaire, nous en dit plus sur cette profession.

Et si mon enfant était surdoué ? Publié le 11/05/2015 - 12h55

Surdoué comme on le dit encore, ou précoce. Le terme officiel est « à hauts potentiels ». Quel que soit le nom qu’on leur donne, à peu près 2% de la population a une intelligence quantitativement et qualitativement (ou fort) différente de celle des autres, qui s’accompagne d’un mode...

Plus d'articles