Grossesse : l'ibuprofène aurait un impact sur la fertilité des filles

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 02 Février 2018 : 13h00
Mis à jour le Samedi 03 Février 2018 : 13h00

Prendre de l'ibuprofène pendant le premier trimestre de la grossesse interfère-t-il avec le développement de l'ovaire chez le foetus d'un bébé fille ? C'est ce que suggère une étude publiée par l'université d'Oxford.

© Istock
Publicité

Être enceinte d'une fille et prendre de l'ibuprofène au début de la grossesse serait-il incompatible ? Des chercheurs de l'université d'Oxford, dont l'étude a été publiée dans Human Reproduction, ont tenté de répondre à cette question. Et leurs conclusions invitent à la prudence : ils suggèrent un impact sur la fertilité des fillettes.

L'ibuprofène (Nurofen®, Advil®, etc) est disponible en vente libre en pharmacie, et il est régulièrement consommé par les femmes enceintes lors du premier trimestre de grossesse. Il est, en revanche, contre indiqué après 24 semaines de grossesse.

Pour mener à bien cette étude, les scientifiques ont utilisé des rongeurs pour voir si la prise d'ibuprofène interférait avec le développement du système de reproduction des foetus féminins. Afin d'aller plus loin, les chercheurs ont également étudié des foetus humains (entre 7 et 12 semaines de développement) et les cordons ombilicaux correspondants. Ces organismes avaient  été exposés à l'ibuprofène pendant 2, 4 ou encore 7 jours. A chaque test, une culture témoin a été incluse et comparée. Au total 185 échantillons individuels ont été étudiés.

Les cellules perturbées par l'ibuprofène

Publicité

Dès la 12e semaine de grossesse, des effets se manifestent d'après l'étude. Or, c'est l'étape où le système reproducteur se construit. A ce moment, les cellules germinales de l'ovaire subissent des étapes cruciales de prolifération et de différenciation.

Lorsque les foetus étaient exposés à de l'ibuprofène, le nombre de cellules étaient réduit. Il y avait ainsi moins de cellules en développement et plus d'auto-destruction de celles-ci. Les chercheurs ont aussi noté une perte dramatique du nombre de cellules germinales, et cela quelque soit l'avancée gestationnelle du foetus. Après sept jours d'exposition à l'ibuprofène, des effets significatifs ont été observés. Mais ils se remarquent déjà après seulement deux jours.

A noter que cette étude réalisée sur des cultures a été réalisée dans un cadre expérimental. Elle ne peut donc pas totalement expliquer les effets complexes face à l'exposition à l'ibuprofène sur un organisme vivant. Par ailleurs, cette étude était suivie d'une interruption de grossesse, et ne peut donc rendre compte de la suite du développement foetal au-delà de 12 semaines. D'autres travaux seront donc nécessaires pour confirmer ces observations.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 02 Février 2018 : 13h00
Mis à jour le Samedi 03 Février 2018 : 13h00
Source : Ibuprofen is deleterious for the development of first trimester human fetal ovary ex vivo. S Leverrier-Penna  et al. Human Reproduction. 2 février 2018
A lire aussi
Tabac et foetus : attention à leurs petits coeurs !Publié le 02/04/2003 - 00h00

Le tabagisme durant la grossesse expose à des risques immédiats : fausse-couche, rupture placentaire, accouchement prématuré, petit poids de naissance… A plus long terme, des conséquences négatives peuvent se manifester sur le développement intellectuel et la santé de l'enfant.

Grossesse : de la vitamine B9 pour prévenir l’autisme ? Publié le 14/02/2013 - 10h09

Selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), supplémenter les femmes enceintes permettrait de réduire de 40% le risque d’autisme pour l’enfant à naître.A noter que cette vitamine est déjà recommandée avant et pendant la grossesse en prévention des...

Plus d'articles