• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    2 avis
  • Témoignages (0)

Fêtes de fin d’année : avez-vous l’alcool agressif ou joyeux ?

Article publié par Dr Philippe Presles le 26/12/2011


Fêtes de fin d’année : avez-vous l’alcool agressif ou joyeux ?

Boire de bons vins, champagnes ou alcools, fait partie du plaisir des fêtes de fin d’année. Pour la majorité d’entre nous, boire de l’alcool nous rend joyeux. Mais pour d’autres, cela peut mal se terminer : disputes et agressions viennent gâcher la fête. Avons-nous un penchant pour avoir le vin mauvais et peut-on s’en prémunir ?

Fêtes et alcool

Les fêtes de fin d’année sont souvent des occasions d’agapes familiales pour Noël, ou de rencontres amicales pour le 31. Dans les deux cas, les bienfaits de l’alcool sont très appréciés, tant pour rire davantage que pour se « désinhiber » et oser aller vers les autres.

Mais si l’alcool favorise notre sociabilité et augmente notre joie de vivre, il peut aussi favoriser les agressions tant verbales que physiques. Dans les cas les plus extrêmes, l’alcool est retrouvé derrière 62% des actes criminels violents (selon une large étude portant sur 9.300 prisonniers dans 11 pays).

Pourquoi l’alcool peut-il nous rendre agressif ?

L’alcool peut nous rendre agressif selon plusieurs mécanismes :

  • L’alcool perturbe notre façon de traiter l’information en nous focalisant sur les données les plus accessibles à notre conscience. Par exemple, nous ne percevons plus les conséquences à long terme de nos actes, alors que nos désirs immédiats captent toute notre attention.
    Dans le même sens, l’alcool peut biaiser notre analyse d’un événement - comme une remarque ou une bousculade - nous faisant penser que cet événement est systématiquement intentionnel alors qu’il pourrait être accidentel.
  • L’alcool entraîne aussi ce que l’on appelle une « myopie alcoolique », nous poussant à minimiser les informations inhibitrices, qui sont responsables de notre retenue dans bien des occasions. De ce fait l’alcool favorise des conduites désinhibées, ce qui peut être positif pour dépasser notre timidité, mais peut aussi pousser à des agressions inutiles.

Mais la relation entre violence et alcool n’est pas une fatalité. Le psychologue américain, James Shaeffer, a ainsi étudié les phénomènes d’ébriétés dans de nombreuses cultures différentes pour constater que seule la moitié des peuples étudiés était victime de violences lors de beuveries. Par exemple les Cambas en Bolivie s’alcoolisent de façon extrême deux fois par mois dans une ambiance toute pacifique. Inversement en Finlande les beuveries sont responsables de violences graves.

L’agressivité alcoolique est aussi culturelle

Cette différence de comportements entre les cultures a poussé le Professeur Laurent Bègue et son équipe à étudier le phénomène. Dans ce but, il a proposé à des volontaires de participer à une expérimentation au cours de laquelle :

  • un tiers d’entre eux croyait boire des jus de fruit, mais avait dans les faits bu 3 verres à liqueur de vodka,
  • un autre tiers avait ainsi consommé 6 verres à liqueur de vodka à son insu,
  • un dernier tiers avait au contraire bu une boisson non alcoolisée, mais présentée comme une boisson alcoolisée, le subterfuge étant possible grâce à une boisson ayant un goût d’alcool.

L’expérimentation mettait ensuite les volontaires face à un provocateur qui se faisait passer pour un simple participant. L’étude a confirmé que ceux qui avaient consommé le plus d’alcool réagissaient effectivement plus violemment que les autres aux provocations. Elle a surtout montré que plus les volontaires se croyaient alcoolisés, plus ils étaient agressifs avec le provocateur. Autrement dit, ceux qui avaient bu une boisson sans alcool, mais qui pensaient avoir bu de l’alcool, étaient également plus violents.

Cette expérience nous montre que notre comportement est ainsi fortement influencé par nos croyances. Si nous pensons que l’alcool nous rend agressif, nous devenons plus agressifs. Si inversement nous pensons que l’alcool ne modifie pas notre placidité, nous restons calmes.

En pratique, si vous restez calmes et agréables en buvant de l’alcool, pas de problème… En revanche, si vous avez une tendance à être agressif sous l’effet de l’alcool vous pouvez :

  • soit modérer votre prise d’alcool bien entendu,
  • soit vous faire une autosuggestion pour rester tranquille et agréable avant de commencer à boire. Cela vaut le coût d’essayer…
  • soit faire les deux : boire moins et vous faire une bonne séance d’autosuggestion !

Ce peut aussi être une bonne résolution pour 2012. Cela vous permettra de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et de bons moments tout le reste de l’année.

(Source : Laurent Bègue. Psychologie du bien et du mal. Odile Jacob, 2011.)

Article publié par Dr Philippe Presles le 26/12/2011

Ce billet fait partie du blog de Dr Philippe Presles, Le blog de la Rédaction

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
Voir aussi les billets de blog :
Et s’il était plus facile de s’abstenir d’alcool 3 jours par ...

Par Dr Philippe Presles le 4/11/2011 11:57

  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating

Comment boire de l’alcool ? Ce ne sont pas les recommandations concernant l’alcool qui manquent. Mais elles sont toutes fondées sur une estimation de la consommation quotidienne à ne pas dépasser. Par...

Faut-il interdire la vente nocturne d’alcool à emporter ?

Par Dr Philippe Presles le 5/08/2011 10:21

  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating

À cet égard, la ville de Lyon est pionnière : la vente d’alcool à emporter est interdite dans toute la ville entre 22h et 6h du matin, du 18 juillet au 10 septembre. Par cette décision, la ...