Fécondation in vitro : un embryon suffit !

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 04 Janvier 2005 : 01h00
-A +A
Les risques de la fécondation in vitro proviennent principalement de l'incidence élevée des naissances multiples. C'est pourquoi, le nombre d'embryons transférés est généralement limité à deux. Et si on envisageait le transfert d'un seul embryon afin de diminuer encore le risque de grossesses multiples, que deviendrait alors le taux de succès de la FIV ?

Afin d'amplifier les chances de succès de la fécondation in vitro (FIV), on transfère généralement plusieurs embryons. Or, cette façon de faire augmente le risque de grossesses multiples. C'est ainsi que la FIV s'accompagne d'un risque accru de prématurité et de décès périnatal.

Mais finalement, on peut se demander dans quelle proportion serait affecté le succès d'une FIV, si on implantait un seul embryon, au lieu des deux comme habituellement, avec à la clé une réduction du risque de naissances multiples.

Cette question a été étudiée lors d'une étude portant sur des femmes candidates à la FIV, réparties en deux groupes pour recevoir soit un seul embryon (330 femmes), soit deux (331 femmes). Les résultats ont été analysés en termes de nombre de naissances. C'est ainsi qu'avec l'implantation de deux embryons, on dénombre 142 naissances, contre 128 avec l'implantation d'un seul embryon. Les auteurs en concluent qu'avec le transfert d'un seul embryon, la réduction du taux de naissances ne dépasse pas les 11,6%.La différence entre un seul ou deux embryons est ici peu importante.

Mais si on ne résonne plus en nombre de naissances (logiquement plus élevé en cas de transferts de plusieurs embryons) mais en nombre de grossesses (on peut supposer que beaucoup de femmes ayant recours à la FIV préfèreraient mener une grossesse simple et non gémellaire), le transfert d'un seul embryon semble préférable.En effet, dans cette étude, l'implantation de deux embryons a mené à 95 grossesses (dont 47 gémellaires), tandis qu'avec un seul embryon le nombre de grossesses s'élève à 128, soit 35% de grossesses en plus.

Souhaitons que d'autres études viennent confirmer ce résultat, ce qui permettrait de donner le choix aux candidates à la FIV, et de réduire les risques inhérents aux grossesses multiples.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 04 Janvier 2005 : 01h00
Source : Thurin A. et coll., N. Engl. J. Med., 351 (23) : 2440-2442, 2004.
A lire aussi
La fécondation in Vitro Publié le 14/08/2001 - 00h00

Les techniques de la Fécondation In Vitro (FIV) se sont largement étendues depuis les vingt dernières années, donnant maintenant à de nombreux couples dont la stérilité était jugée définitive, la possibilité d'obtenir une grossesse. Il s'agit toutefois de prises en charges assez lourdes,...

Aide à la procréation : qu'est-ce que la fécondation in vitro ? Publié le 31/05/2010 - 00h00

Près d'un couple sur 6 consulte pour demander une aide à la conception. Plusieurs techniques d'aide médicale à la procréation peuvent être proposées. La plus simple est l'insémination artificielle intra-utérine avec le sperme du conjoint (ou parfois d'un donneur). En cas d'échec ou...

Quels sont les risques liés à la fécondation in vitro (FIV) ? Publié le 10/03/2014 - 12h00

Les techniques d’aide médicale à la procréation ont considérablement évolué. Mais après avoir expliqué aux couples candidats à la fécondation in vitro (FIV) les différentes techniques et les taux de succès attendus, il est aussi nécessaire de leur exposer les risques potentiels.

Plus d'articles