Les enfants allergiques oubliés par l'école

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Mai 2002 : 02h00
Mis à jour le Lundi 18 Avril 2011 : 10h26
-A +A

Les allergies, notamment alimentaires, peuvent être très dangereuses quand elles se déclenchent brutalement. Ce problème peut devenir préoccupant à l'école quand rien n'est prévu.

Quand elles se déclenchent, les allergies peuvent donner des symptômes très variés qui vont de la crise d'asthme à l'urticaire, en passant par l'eczéma ou le rhume des foins. Mais dans certains cas, elles peuvent être responsables d'œdèmes laryngés, voire de chocs anaphylactiques qui sont de véritables urgences médicales.

La prévention doit s'organiser

Ce problème devient particulièrement important quand une allergie alimentaire à risque, par exemple à l'arachide, a été diagnostiquée chez un enfant en âge scolaire. Dans un tel cas, il faut mettre en place une véritable politique de prévention, celle-ci devant intégrer son école. En théorie, ce qui doit être fait est logique : - l'allergie de l'enfant doit être connue, - l'exposition aux allergènes référencés doit être évitée, et prévenue (menu adapté à la cantine si nécessaire), - une personne doit être capable de prendre en charge l'enfant au sein de l'école, - les médicaments d'urgence doivent être disponibles dans l'établissement, notamment de l'adrénaline injectable (EpiPen), médicament indispensable en cas de choc.

Qu'en est-il en pratique ?

Une étude anglaise, vient de faire un bilan sur la question. Les résultats font froid dans le dos : - sur 100 écoles du « Severn NHS Trust », seules 54% avaient référencé un ou plusieurs enfants allergiques en leurs seins, - 31% d'entre elles disposaient de médicaments dont de l'adrénaline dans seulement 18% des cas, - dans 44% des écoles, personne n'était capable de prendre en charge un enfant allergique.

Ce problème est probablement général en Europe et cette étude n'en est que l'une des preuves. Il faut en tout cas retenir que si votre enfant présente lui-même une allergie à risque, comme à l'arachide, il convient de bien vous organiser avec votre école. Des fiches explicatives peuvent être préparées avec votre médecin, l'armoire à pharmacie peut être complétée par vos propres médications et, sur place, quelques personnes peuvent être préparées. Dans tous les cas, parlez-en à votre médecin et n'hésitez pas à lui demander de l'aide.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Mai 2002 : 02h00
Mis à jour le Lundi 18 Avril 2011 : 10h26
Source : Watura JC. Arch Dis Child 2002 ; 86 : 240-244.
A lire aussi
Allergie : quand l'adrénaline sauve ! Publié le 13/03/2006 - 00h00

L'adrénaline est surtout connue comme une conséquence du stress et pour ses effets négatifs sur le coeur, le cerveau… Elle constitue pourtant le médicament n°1 pour le traitement du choc anaphylactique en urgence, ces chocs qui surviennent au cours d'une grave allergie.

Allergie grave : l’anaphylaxie, une urgence vitale trop méconnue Publié le 31/10/2016 - 11h09

Les allergies alimentaires ou aux pollens, de plus en plus fréquentes, sont fortement médiatisées. Au point -revers de la médaille- d’être banalisées. Or les réactions allergiques graves ou « anaphylaxies » sont, elles aussi, plus courantes et trop méconnues alors qu’elles engagent...

Et si c’était une allergie ? Les signes qui doivent vous alerter Publié le 17/03/2016 - 09h36

L’allergie sous toutes ses formes (allergie respiratoire, asthme, allergie alimentaire, allergie cutanée) est une maladie en forte progression. Améliorer le diagnostic est un enjeu prioritaire. Pour l’allergique, cela passe par reconnaitre les premiers signes, car comme le précise Christine...

Plus d'articles