Dyslexie : savoir pour dépister à temps

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 01/03/2005 - 01h00
-A +A

A la sortie de l'école primaire, près d'un quart des enfants ne maîtrisent pas les apprentissages fondamentaux : lire, écrire, compter. Dans un cas sur trois, on estime que l'échec scolaire est lié à des troubles d'origines essentiellement neurologiques, comme celui de la dyslexie (un ou deux cas par classe). La dyslexie, parlons-en pour apprendre à la reconnaître, à la dépister et à la prendre en charge précocement et de façon adéquate. Le 3 mars, un film sera diffusé sur France 5, « Dyslexie, le Mal des mots ».

« Wagnon » à la place d'oignon, « bomylette » au lieu de mobylette, ou encore « babado » pour lavabo, la dyslexie touche 5 à 6% des enfants. Mais rien n'est perdu, si ce trouble est rapidement dépisté. En revanche, en l'absence de diagnostic, les conséquences peuvent être très lourdes. Et c'est vrai, les symptômes ne sont pas faciles à repérer.

Pour comprendre ce handicap face aux mécanismes de la lecture, un film d'une heure a été réalisé par Jean Vercoutère*, à destination des parents, des enseignants et des professionnels de santé, et auquel de nombreux spécialistes, praticiens et chercheurs ont participé. Il ne s'agit pas d'un reportage. C'est l'histoire de Dylan, élève de CE2, sur le chemin du diagnostic, et de Louis sur le chemin de la prise en charge scolaire et médicale.

Quand s'inquiéter ?

Etant donné que la dyslexie est un trouble spécifique du langage écrit, on ne peut la diagnostiquer réellement qu'après un échec de la lecture, c'est-à-dire au cours de la seconde année apprentissage (petite ou moyenne section de maternelle). Certains signes doivent donner l'alerte :

  • Votre enfant a un esprit vif, brillant à l'oral, curieux de tout, mais peine à lire au-delà des premiers mois d'apprentissage. Il y a un décalage entre son faible niveau de lecture et en orthographe et ses compétences dans les autres matières, et entre la richesse de ses idées et la pauvreté de son expression écrite.
  • Dès qu'il s'agit de lire, d'écrire ou de comprendre au moyen de la lecture, il est lent, voire très lent, à croire qu'il est paresseux.
  • Lorsqu'il lit ou écrit, il fait des confusions, des répétitions, des substitutions, des inversions des omissions de lettres, de syllabes, de mots et/ou de chiffres.
  • Il a du mal à soutenir son attention, à retenir des noms propres, des leçons ou des poésies.
  • Il se repère mal dans l'espace et dans le temps.
  • Il rencontre des difficultés pour écrire, même en copiant. Son écriture est souvent illisible ou irrégulière.
  • Il peut être ambidextre (utilisation indifférente de la main gauche ou droite pour écrire, dessiner…).
  • Ses erreurs se multiplient sous l'effet de la fatigue ou du stress.
  • Il a changé de comportement depuis son entrée à la « grande école » : il est plus émotif, plus anxieux.

Etant donné que la dyslexie est un trouble spécifique du langage écrit, on ne peut la diagnostiquer réellement qu'après un échec de la lecture, c'est-à-dire au cours de la seconde année apprentissage (petite ou moyenne section de maternelle). Certains signes doivent donner l'alerte :

 

Conseils aux parents

 

  • N'attendez pas pour consulter en espérant que ça s'arrange spontanément et n'écoutez pas ceux qui banalisent le phénomène : « le déclic va se faire », « il faut lui laisser le temps », etc.
  • Ne grondez pas votre enfant, ce n'est pas une question de paresse ou d'inattention. Vous risquez de développer chez lui un sentiment de honte ou une perte de confiance en soi.
  • Inversement, rassurez-le en lui prouvant qu'il n'est pas bête et en lui expliquant qu'avec de l'aide, il va surmonter cet obstacle.
  • Acceptez qu'il ait besoin de plus de temps que d'autres pour lire et écrire et qu'il ne puisse soutenir longtemps son attention.
  • Aidez-le à lire en choisissant des livres adaptés à ses centres d'intérêt et faites de la lecture à deux.
  • Facilitez son travail quotidien en corrigeant par exemple son cahier de texte.
  • Aidez-le à utiliser sa mémoire en lui demandant d'épeler des mots, mettez en place des compensations comme l'écriture sur ordinateur, relancez souvent son attention.

 

* « Dyslexie, le Mal des mots » (52'), de Jean Vercoutère, Mosaïque films, le 3 mars 2005 à 15h45 sur France 5, puis le 10 mars à 22h sur câble et satellite.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 01/03/2005 - 01h00

Dossier de presse Mosaïque Films, février 2005.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
La dyslexie : coup de pouce aux enfants DYS Publié le 09/11/2016 - 10h43

La dyslexie est un trouble qui se manifeste par une mauvaise association entre les lettres et les sons, et par une difficulté à saisir rapidement un mot dans sa globalité : l’enfant déchiffre lentement et fait des erreurs. Ce trouble de l’apprentissa...

La dyslexie enfin élucidée ? Publié le 28/09/2015 - 15h13

Si la dyslexie se manifeste essentiellement à la lecture et à l'écrit, elle trouve apparemment son origine à l'oral… La vitesse de traitement des sons serait, en effet, plus lente chez les dyslexiques.

Contre Alzheimer, activez votre cerveau ! Publié le 22/04/2016 - 13h01

Si l'on considère les grandes avancées en matière de recherche, nous avons de fortes présomptions que, d'ici une bonne dizaine d'années, il sera possible de guérir la maladie d'Alzheimer . Autrement dit, nous devons tout faire pour reculer le plus po...

L’autisme : mon enfant, ma vie, notre histoire Mis à jour le 21/06/2016 - 11h46

Sophie est la maman d’un petit Luigi atteint d’ autisme . Comme pour de très nombreuses autres familles, le combat quotidien est très difficile, interminable et épuisant. Il débute avant même le diagnostic, quand on repère que « quelque chose ne va p...

Plus d'articles