Mon enfant bégaie, que faire ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 30 Novembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 15 Octobre 2015 : 10h53
-A +A

Un enfant de moins de 4 ans qui a du mal à parler, qui bégaie, " ca va passer tout seul " pense-t-on. Pourtant affirme Anne-Marie Simon (1), " la non intervention en attendant que le bégaiement passe tout seul est le conseil le plus nocif "...

Pourquoi ne faut-il pas attendre qu'il arrête de bégayer ?

Parce que même si le bégaiement peut passer seul, ce n'est pas toujours le cas. En cas de consultation précoce pour bégaiement, le taux de retour à un langage fluide à l'adolescence est de 90%. En revanche, si l'on ne fait rien, il restera 25 % d'enfants qui continueront à bégayer. Sachant que ce trouble guérit d'autant plus facilement qu'il est pris tôt, pourquoi attendre ?

Faut-il aller consulter un orthophoniste pour un bégaiement, même avant 4 ans ?

Oui, idéalement avant 4 ans et demi, parce que quand on consulte tôt, il suffit souvent d'une à trois séances avec l'orthophoniste pour voir le trouble disparaître s'il n'est pas accompagné d'autres difficultés. Plus la période de bégaiement aura été brève, plus la chance qu'il cesse rapidement est importante. Et ce sont surtout les parents qui vont consulter, plus que l'enfant ! En effet, les parents ont besoin de savoir comment se comporter pour aider l'enfant à sortir de sa difficulté.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 30 Novembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 15 Octobre 2015 : 10h53
A lire aussi
Troubles du langage : prévenir pour guérir Publié le 08/01/2002 - 00h00

Bégaiement, articulation difficile, dysphasie, dyslexie... En France, 4 à 5 % des enfants sont concernés par les troubles du langage écrit et 1 % ont des troubles du langage oral. Qu'elles soient légères ou sévères, ces difficultés laissent souvent les parents démunis et angoissés face à...

Et si un bilan psychologique était utile à votre enfant ? Publié le 25/03/2008 - 00h00

Dans une classe d'âge donnée, 5 à 10 % des enfants rencontrent des difficultés d'apprentissage. Ces troubles toucheraient plus souvent les garçons que les filles. Hervé Glasel, neuropsychologue spécialisé dans le développement de l'enfant et de l'adolescent, nous répond.

Plus d'articles