Don d'ovocytes : pour qui, pourquoi, comment ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Février 2010 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 20 Février 2014 : 14h46
-A +A
Lorsque certains couples ne peuvent pas donner naissance à leur enfant, il leur est parfois possible de bénéficier d'un don d'ovocytes. En France, les dons sont insuffisants et les délais d'attente peuvent aller jusqu'à plusieurs années. En quoi consiste le don d'ovocytes exactement ?

Pourquoi a-t-on moins d'ovocytes avec l'âge ?

Les ovaires des femmes contiennent plusieurs milliers d'ovocytes. Ce stock est présent à la naissance, puis diminue progressivement au cours de la vie. À partir de la puberté, chaque mois, une dizaine d'ovocytes se développent, un seul aboutit à une ovulation et peut être fécondé par un spermatozoïde.

Certaines femmes n'ont naturellement pas d'ovocytes, ou ceux-ci présentent des anomalies, en raison par exemple d'une maladie ou d'un traitement. A noter que le recours au don d'ovocytes peut aussi concerner des couples risquant de transmettre une maladie génétique grave à l'enfant.

En pratique, les ovocytes obtenus par le don sont mis en fécondation in vitro pour des couples déjà engagés dans une démarche d'assistance médicale à la procréation.

Qui peut faire un don d'ovocytes et quelles sont les grandes étapes du don ?

Qui peut donner ?

Les femmes majeures, en bonne santé et âgées de moins de 37 ans.

La signature d'un consentement est obligatoire pour la donneuse et son conjoint.

Un bilan de santé de la donneuse est un préambule nécessaire pour mieux connaître la fertilité de la donneuse et éliminer toute contre-indication au don.

La stimulation des ovaires

Des injections sous cutanées quotidiennes pendant 10 à 12 jours sont nécessaires pour stimuler la maturation de plusieurs ovocytes. Des prises de sang et/ou des échographies permettent d'évaluer la bonne réponse au traitement et de suivre la maturation des ovocytes.

Le prélèvement des ovocytes

Il s'effectue à l'hôpital, 35 à 36 heures après la dernière injection, par voie vaginale sous contrôle échographique et sous analgésie ou anesthésie. Les ovocytes ainsi prélevés sont confiés à un laboratoire pour une fécondation in vitro.

Tous les ovocytes sont destinés à des couples receveurs préalablement choisis, mais que la donneuse ne connaît pas.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 22 Février 2010 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 20 Février 2014 : 14h46
Source : Agence de la Biomédecine, www.dondovocytes.fr
A lire aussi
La fécondation in Vitro Publié le 14/08/2001 - 00h00

Les techniques de la Fécondation In Vitro (FIV) se sont largement étendues depuis les vingt dernières années, donnant maintenant à de nombreux couples dont la stérilité était jugée définitive, la possibilité d'obtenir une grossesse. Il s'agit toutefois de prises en charges assez lourdes,...

Aide à la procréation : qu'est-ce que la fécondation in vitro ? Publié le 31/05/2010 - 00h00

Près d'un couple sur 6 consulte pour demander une aide à la conception. Plusieurs techniques d'aide médicale à la procréation peuvent être proposées. La plus simple est l'insémination artificielle intra-utérine avec le sperme du conjoint (ou parfois d'un donneur). En cas d'échec ou...

Quand bébé ne vient pas, quelles sont les solutions ? Publié le 30/03/2009 - 00h00

La stimulation de l'ovulation et les différentes techniques d'assistance médicale à la procréation ont considérablement progressé. Elles sont proposées aux couples qui n'arrivent pas à avoir d'enfant. Quelles sont ces techniques ? Leur principe, les chances de succès et dans quels cas les...

Grossesse : la stimulation ovarienne Publié le 17/05/2010 - 00h00

Les troubles de la fertilité peuvent avoir différentes origines, parfois combinées. Les traitements proposés sont donc aussi très différents. On recourt à la stimulation ovarienne en cas de troubles de l'ovulation et dans le cadre d'une fécondation in vitro ou d'une insémination.

Plus d'articles