Diabète de type 1 : la fin des piqûres d’insuline est proche

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 30 Mars 2016 : 12h24
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 18h37

Le "pancréas artificiel", c’est dans moins de 2 ans en vie courante ! On en parle depuis des années, mais cette fois-ci c’est la bonne : d’ici à 2018 de nombreuses personnes souffrant de diabète de type 1 se sentiront enfin libres grâce à une intelligence artificielle qui s’occupe de tout à la place de l’homme : mesure du taux de sucre -glycémie- en continu sous la peau et délivrance automatique de la dose d’insuline adéquate, le tout au moyen d’un système miniaturisé collé sur la peau. Le diabète en pilotage automatique.

Un pancréas artificiel, pourquoi ?

Mesurer son taux de sucre dans le sang (glycémie) quatre à six fois par jours, s’injecter de l’insuline à plusieurs reprises, calibrer son alimentation et son activité physique pour adapter la dose d’insuline, vivre avec la hantise de l’hypoglycémie, la crainte de se tromper dans ses calculs… c’est le quotidien difficile et angoissant de 200 000 personnes vivant avec un diabète de type 1 en France, dont 50% ont déclaré la maladie avant l’âge de 20 ans.

L’objectif du contrôle du diabète est que la glycémie reste en permanence entre deux valeurs : 0,70 g/l et 1,40g/l. En deçà de 0,70g/l on parle d’hypoglycémie, au-delà de 1,40g/l on parle d’hyperglycémie. C’est le rôle de l’insuline, synthétisée par le pancréas (plus précisément ses cellules bêta situées au sein des îlots de Langerhans). Mais dans le diabètede type 1, l’insuline vient à manquer. Il faut donc se l’injecter, au moment opportun et en quantité optimale. Pour délivrer la personne diabétique de ce fardeau, l’idée est de concevoir un système qui mesure la glycémie en continu et qui injecte la quantité d’insuline en conséquence : c’est la "boucle fermée". Présenté ainsi, cela paraît simplissime. En pratique, les chercheurs y travaillent depuis les années 70.

Pr Éric Renard, coordinateur du Département Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition au CHU de Montpellier et membre du conseil scientifique de Diabeloop, premier pancréas artificiel français : « Le pancréas artificiel servira en premier lieu à la moitié des personnes avec un diabètede type 1 qui ne parvient toujours pas à équilibrer son diabète. Un système opérationnel éviterait 1000 décès, 10 000 hospitalisations par an et bien des complications qui font toute la gravité de la maladie diabétique (altération de la vue, amputations, atteintes rénale ou cardiaque...), tout en restaurant l’insouciance. »

Un concentré de technologie au service du diabète de type 1

La première démarche a été de miniaturiser les systèmes de perfusion de l’insuline. Aujourd’hui, les pompes à insuline sont de la taille d’une boîte d’allumettes voire des patchs qui se collent sur la peau, au niveau du ventre et déjà utilisées dans le diabète de type 1.

La seconde étape, franchie dans les années 2000, était de miniaturiser les appareils de mesure du glucose en continu (capteurs) pour se libérer des piqûres répétées au bout du doigt.

Puis, entre 2001 et 2015, les chercheurs ont perfectionné des programmes informatiques (algorithmes), une sorte d’intelligence artificielle qui interprète la glycémie et commande la délivrance adéquate d’insuline, le tout par Bluetooth. Ces algorithmes étaient portés au départ par des ordinateurs volumineux, puis portables et désormais par des smartphones.

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mercredi 30 Mars 2016 : 12h24
Mis à jour le Mardi 31 Mai 2016 : 18h37
Source : (1) Hovorka et al. Lancet 2010 ; 375 : 743-51 ; (2) Diabetes Care 2014 ; 37 : 1789-96 ; (3) Breton M et al ; Diabetes Care 2012
D’après un entretien avec le Pr Éric Renard, coordinateur du Département Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition au CHU de Montpellier et membre du conseil scientifique de Diabeloop, premier pancréas artificiel français, suite à son intervention à Codia, le forum Cardio-Diabéto (16-17 février 2016, Paris).
A lire aussi
La rage chez le chien et le chatPublié le 07/02/2005 - 00h00

La rage est une maladie provoquée par un virus qui se propage dans l'organisme via les nerfs. La gravité de cette maladie et le risque de contamination de l'homme imposent une prévention efficace.

Plus d'articles