Le diabète augmente-t-il le risque d'Alzheimer ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 20 Août 2007 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 16h18
-A +A

Le risque de développer une maladie d'Alzheimer est multiplié par 1,5 à 3 chez les personnes atteintes d'un diabète. Inversement, l'insuline et un bon équilibre de la glycémie en général semblent améliorer la mémoire.

Diabète et Alzheimer, une surprenante relation

Il semblerait que le diabète augmente le risque de développer une maladie d'Alzheimer. Il faut dire que ces deux maladies, dont la fréquence augmente avec l'âge, ont certains points communs. Toutes deux élèvent le risque d'accident vasculaire cérébral par exemple. Le syndrome métabolique, qui se caractérise par l'association de plusieurs affections (hypertension artérielle, excès de cholestérol, de triglycérides, obésité abdominale et hyperglycémie), est connu pour augmenter le risque de maladie d'Alzheimer d'environ deux fois et demie. Bref, selon les dernières données, les diabétiques de 69 à 75 ans voient leur risque d'être atteint d'une maladie d'Alzheimer multiplié par 1,6 à 2,9, soit au maximum trois fois plus de risques que les personnes indemnes de diabète.

L'insuline, un nouveau traitement de la mémoire ?

Les mécanismes reliant ces deux maladies ne sont pas encore connus. Mais la question est maintenant de savoir si le traitement du diabète permet de prévenir efficacement cette évolution vers Alzheimer.

Il semble que ce soit le cas, comme le suggèrent certaines études montrant que les performances cognitives sont meilleures chez les sujets diabétiques bien contrôlés, c'est-à-dire dont la prise en charge permet un bon équilibre de la glycémie. L'insuline n'est pas étrangère à ce phénomène. Cette hormone augmente l'utilisation du glucose dans certaines régions du cerveau et influe l'activité cérébrale. Par ailleurs, selon certaines études, l'injection d'insuline chez des sujets sains s'accompagne d'une élévation de la mémoire dans les trente minutes. Et des injections répétées plusieurs jours de suite chez des personnes souffrant de troubles de mémoire entraînent une légère et réversible amélioration des performances. Inversement, une insulinorésistance est néfaste aux fonctions cognitives. Pour l'instant, les études n'ont pas dépassé une vingtaine de jours. Mais des essais à plus long terme sont en cours afin de valider de tels effets prometteurs. En attendant, les diabétiques disposent d'une excellente raison supplémentaire pour bien suivre leur traitement et veiller à ce que leur diabète reste équilibré au plus juste

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 20 Août 2007 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 21 Octobre 2015 : 16h18
Source : Le Panorama du médecin, 5 juillet 2007.
A lire aussi
8 conseils pour garder une bonne mémoire Publié le 02/02/2016 - 13h40

Doper sa mémoire pour éviter qu’elle ne joue des tours et retarder la maladie d’Alzheimer ? C’est possible. De nombreuses études scientifiques montrent que s’il y a des facteurs sur lesquels il est impossible de jouer comme la génétique, d’autres sont modifiables comme l’hygiène...

Le cerveau des migraineux fonctionne bien ! Publié le 25/01/2011 - 13h00

Quelles sont les conséquences de la migraine sur le fonctionnement du cerveau ? Cette question mérite d’être posée, dans la mesure où l’on remarque la présence de lésions cérébrales à l’imagerie médicale (IRM) dans le cerveau des migraineux. Qu’ils se rassurent, les maux de tête...

Maladie d'Alzheimer : les raisons d'espérer Publié le 10/10/2016 - 08h28

En France, environ 900 000 personnes sont atteintes par la maladie d’Alzheimer et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Faute de guérir, cette maladie neurodégénérative, qui affecte la mémoire, continue de faire peur. Pourtant, il y a des raisons d’espérer selon les...

Trop de kilos mènent à Alzheimer... Publié le 07/06/2005 - 00h00

Une façon de prévenir la maladie d'Alzheimer pourrait passer par la lutte contre l'excès de poids. En effet, selon une étude de grande envergure, le surpoids et l'obésité à l'âge moyen de la vie favoriseraient respectivement de 35% et 74% le risque ultérieur de démence.

Plus d'articles