Crème solaire : bonne pour ma peau et non polluante pour les océans !

Crème solaire : bonne pour ma peau et non polluante pour les océans !

Publié par Jessica Xavier, journaliste beauté le Lundi 02 Mai 2016 : 12h32
Mis à jour le Lundi 09 Mai 2016 : 10h51
-A +A

La crème solaire est synonyme de vacances, de farniente et de plaisir. Si elle demeure indispensable pour se protéger des mélanomes et des coups de soleil, ces derniers temps elle est parfois décriée car accusée de polluer les océans. En cause ? Les filtres et silicones, qu’elle contient. Plongeon dans des formulations qui nagent parfois en eaux troubles.

Les effets des crèmes solaires sur les océans

Ces dernières années, les études révélant les effets des crèmes solaires se sont multipliées.

Le Pr Roberto Danovaro de l’Université Polytechnique d’Ancône en Italie soulevait dans une étude de 2008 la question du caractère lipophile des crèmes solaires. "Leurs filtres peuvent s’accumuler chez les organismes et animaux marins." L’étude rappelait que des filtres UV avaient déjà été détectés dans les eaux de mers avec des conséquences pour l’environnement.

De son côté, Séverine Roullet-Furnemont rappelle les 3 critères de nocivité d’un ingrédient :

• La bioaccumulation : la capacité d’un ingrédient à se retrouver dans les tissus d’un organisme ;

• La biodégradabilité : la capacité des milieux à dégrader une molécule, en l’occurrence si le milieu marin peut dégrader les actifs des crèmes solaires ;

• La toxicité.

"Si un ingrédient cumule deux de ces trois critères, il est considéré comme nocif" précise la scientifique.

Les composés des crèmes solaires auraient en premier lieu des conséquences sur le développement du phytoplancton. Selon l’étude des scientifiques espagnols David Sánchez-Quiles et Antonio Tovar-Sánchez, certains filtres solaires libérés dans l’eau en contact avec la lumière et l’oxygène favorisent la création d’un puissant oxydant (le peroxyde d’hydrogène) qui provoque un niveau élevé de stress chez le phytoplancton (à la base de la chaine alimentaire marine) et affecte sa croissance et son développement.

Certains filtres solaires contribueraient également à la dégradation et au blanchiment du corail. L’étude réalisée par l’équipe du Pr Roberto Danovaro conclut que les crèmes solaires testées provoquent un blanchiment rapide et complet des coraux même à une très faible concentration. Le chercheur assure qu’au cours des 20 dernières années "le corail a connu un blanchiment massif. Un phénomène dû à des variations anormales de température, d’excès d’UV et à cause de bactéries pathogènes et d’agents polluants." Problème : les coraux sont un habitat mais également une source alimentaire dans l’écosystème marin. Ils vivent en harmonie avec des micro-algues logées dans leurs tissus. D’après l’étude, les filtres UV favoriseraient une infection bactérienne qui prolifère et tue les micro-algues avec pour conséquence le blanchiment du corail.

Des résultats que remet tout de même en cause Séverine Roullet-Furnemont : "Les études réalisées à présent sur les coraux sont biaisées pour diverses raisons notamment: soit les coraux sont déjà malades, soit la durée d’étude est trop courte et sans témoin positif ou négatif." La scientifique ajoute par ailleurs que "très peu de filtresont été étudiés et quasiment jamais de filtre chimique à l'exception de la benzophénone presque plus utilisée à ce jour en Europe." Et la professionnelle de relativiser : "les résidus des crèmes solaires que l’on retrouve dans les océans sont une goutte d’eau par rapport aux pesticides qui se retrouvent dans les océans, drainés par les eaux de pluie." Un impact plus faible certes, mais sur lequel le consommateur peut influer en privilégiant certaines protections solaires.

Comment choisir une crème solaire eco-friendly ?

La crème solaire demeure une protection indispensable face au soleil, donc pas question de s’en passer sous couvert de protéger l’environnement. Toutefois, il convient de faire le bon choix.

Pour aider les consommateurs à faire leur choix, Séverine Roullet-Furnemont conseille de se diriger vers des crèmes qui ont un nombre réduit de filtres au minimum (généralement de 6 à 12 dans une crème classique, 4 dans les produits Pierre Fabre), de choisir une crème sans silicone, sans filtres hydrosolubles.

En ce qui concerne les crèmes solaires bio, la Directrice du Développement Durable Pierre Fabre rappelle que pour "atteindre des niveaux protections suffisants, ces crèmes peuvent contenir une concentration élevée en filtres solaires qui sont non-bio dégradables." Toutefois, en bio, il s’agit de filtres minéraux souvent à base d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane plus sécures pour l’environnement.

Les laboratoires travaillent de plus en plus à des versions plus écolos de leurs formulations. Elles s’inspirent peut-être de la formule développée et brevetée par le Pr Danovaro de l’Université d’Ancône et son équipe, une formulation pour une crème solaire éco-compatible avec le milieu marin et les coraux et qui protège aussi la peau des rayons UV.

En attendant des crèmes solaires 100 % sûres pour l’Humain et les océans, certains spots comme un éco-parc au Mexique ont tout simplement décidé d’interdire les crèmes solaires afin de protéger le corail. Ce qui n’est pas sans soulever des questions de santé publique !

Publié par Jessica Xavier, journaliste beauté le Lundi 02 Mai 2016 : 12h32
Mis à jour le Lundi 09 Mai 2016 : 10h51
Source : Entretien avec Séverine Roullet-Furnemont, Directrice du Développement Durable chez les Laboratoires Pierre Fabre
Brevet New sunscreen compositions Roberto Danovaro, Elisabetta Damiani, Cinzia CORINALDESI
http://www.asef-asso.fr/mon-bien-etre/cosmetiques/1325-la-creme-solaire-une-amie-qui-vous-veut-du-bien
Organic UV filter concentrations in marine mussels from French coastal regions, Morgane Bachelot, Zhi Li, Mars 2012
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969711015178
Sunscreens as a Source of Hydrogen Peroxide Production in Coastal Waters, David Sánchez-Quiles et Antonio Tovar-Sánchez, Juillet 2014
http://pubs.acs.org/doi/full/10.1021/es5020696
Sunscreens Cause Coral Bleaching by Promoting Viral Infections, Roberto Danovaro, Lucia Bongiorni, Avril 2008
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2291018/ 
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/peau/loupe_anti_uv.html
Sunscreen Products Increase Virus Production Through Prophage Induction in Marine Bacterioplankton
R. Danovaro, C. Corinaldesi, janvier 2003
A lire aussi
La crème solaire détruit les coraux Publié le 07/08/2015 - 10h03

Indispensable à tous les vacanciers, la crème solaire protège des coups de soleil et prémunit contre le cancer de la peau. Hélas, en bord de mer, il suffit d’une simple baignade pour que les composants actifs de celle-ci se répandent dans l’eau et sur les coraux, menaçant dangereusement...

Les algues : des végétaux surdoués qui sauvent notre peau Publié le 03/03/2014 - 07h30

Qu’elles vivent en milieu marin ou en eau douce, les algues ont en commun d’être hautement concentrées en nutriments et minéraux essentiels aux cellules cutanées. Mais si toutes participent à la lutte contre l’apparition des rides et la perte d’élasticité, chacune a des vertus bien...

Les filtres UV dans ma crème de jour, vraiment indispensables ? Publié le 17/02/2016 - 11h26

Les rayons UV jouent un rôle important dans le vieillissement prématuré de la peau et sont également responsables de cancers cutanés. Pour nous aider à nous en prémunir, les crèmes de jour et autres fonds de teint et BB crèmes contiennent de plus en plus de filtres UV anti-UVA et anti-UVB....

Plus d'articles