Contre l'infertilité : fécondation in vitro (FIV) et assistance médicale à la procréation

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Juin 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 25 Novembre 2008 : 01h00
-A +A
Aujourd'hui, les techniques d'assistance médicale à la procréation (APM), avec notamment la fécondation in vitro (FIV), sont bien maîtrisées et les taux de succès progressent : la moitié des couples infertiles depuis plus de 2 ans ont des chances de connaître une grossesse. Quelques informations pour ne pas se laisser abuser par de fausses idées.

La fécondation in vitro (FIV) pallie les infertilités masculines

La fécondation in vitro (FIV) avec injection directe d'un spermatozoïde à l'intérieur d'un ovocyte a été mise au point pour pallier à l'infertilité masculine. On peut même recourir à du sperme de donneur (anonyme), comme par exemple si le sperme du conjoint ne contient pas de spermatozoïdes ou si le conjoint présente une maladie héréditaire grave.A noter également que la FIV permet à un couple d'avoir un enfant alors que l'un des partenaires est séropositif. Si l'homme est séropositif, la FIV permet une conception sans risque pour la mère et l'enfant d'être contaminés par le virus. Si inversement, la mère est séropositive, la FIV protège le partenaire, mais il sera nécessaire de mettre en place des moyens efficaces pour protéger au maximum l'enfant, notamment au moment de la naissance.

Patience et disponibilité en cas d'assistance médicale à la procréation

Plusieurs tentatives de FIV sont souvent nécessaires. La moyenne est d'une grossesse pour 4 tentatives, mais il ne faut pas oublier que les chances de succès diminuent avec l'âge et très fortement passé 38 ans. D'ailleurs, la Sécurité sociale ne rembourse plus les actes après 43 ans. Si les modalités de prise en charge par l'Assurance maladie varient selon chaque situation, on peut retenir que le bilan d'infertilité et les examens associés sont remboursés (à l'exception des dépassements d'honoraires). Ensuite, le nombre d'actes remboursés est limité à 6 pour les inséminations intra-utérines et à 4 pour les FIV avec transfert d'embryons. Au-delà, les frais sont à la charge du couple. Le bilan d'infertilité est déjà une épreuve pour le couple. Il faudra ensuite se rendre disponible pour les consultations, les examens et les protocoles, avec en cas de FIV, des contrôles quotidiens durant une quinzaine de jours. Mais autant que possible, il est conseillé de maintenir ses activités normales.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Juin 2008 : 02h00
Mis à jour le Mardi 25 Novembre 2008 : 01h00
Source : Dossier de presse Ferring, www.unbebepourdemain.fr, avril 2008.
A lire aussi
Assistance médicale à la procréation à l'hôpital Publié le 17/01/2008 - 00h00

Près d'un couple sur six rencontre des difficultés pour avoir des enfants. Le recours à des tentatives d'assistance médicale à la procréation (AMP) peut, dans certains cas, les aider à mener à bien leur projet parental. Deux techniques : l'insémination artificielle et la fécondation in...

La fécondation in Vitro Publié le 14/08/2001 - 00h00

Les techniques de la Fécondation In Vitro (FIV) se sont largement étendues depuis les vingt dernières années, donnant maintenant à de nombreux couples dont la stérilité était jugée définitive, la possibilité d'obtenir une grossesse. Il s'agit toutefois de prises en charges assez lourdes,...

Infertilité Publié le 06/09/2001 - 00h00

En médecine, un couple est considéré comme infertile lorsque cela fait plus d'un an qu'il essaie sans succès de concevoir un enfant.

Plus d'articles