La contraception progestative

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Vendredi 14 Juin 2002 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 10 Juin 2015 : 16h18
-A +A
La contraception orale reste la première méthode de contraception en France car elle est efficace, simple d'utilisation et généralement bien tolérée. Cependant, le choix de la patiente ou son histoire médicale peut faire proposer d'autres méthodes. L'efficacité de chaque méthode est évaluée par l'indice de Pearl qui mesure le nombre de grossesse par année pour 100 femmes utilisant cette méthode (à titre indicatif l'indice de Pearl pour la pilule est de 0 à 0.43).

Ne contenant pas d’estrogène, les effets indésirables des pilules progestatives sont moindres, en particulier pour le cœur et les vaisseaux.

De plus, elles sont pour certaines plus efficaces que la pilule estroprogestative.

L'efficacité de chaque méthode est évaluée par l'indice de Pearl qui mesure le nombre de grossesses par année pour 100 femmes utilisant cette méthode.

Les pilules dîtes microdosées ou microprogestatives

Il s’agit de Cerazette® (Desogestrel 75 µg) ou Microval® (Levonorgestrel 0,03 mg). Ces pilules sont à prendre en continu sans interruption. En cas d’utilisation parfaite, leur taux d’efficacité est de 0,3 % d’échec seulement, mais dans la vie réelle (incluant les oublis), on monte à 8%, comme avec les pilules classiques.

Efficacité et mode d’action de la pilule microdosée

Leur effet contraceptif réside dans la modification de la glaire cervicale qu'elles induisent, la rendant imperméable aux spermatozoïdes et dans leur action sur la muqueuse tapissant l’intérieur de l'utérus, qui devient atrophique et impropre à la nidation. Pour Cerazette®, à cette action, s’ajoute souvent un blocage de l'ovulation entraînant alors une absence de saignement régulier.

Pour être efficaces, elles doivent être prises à heure fixe pour Microval®, un décalage de plus de 3 heures diminuant son efficacité.

Pour Cerazette®, il est possible de décaler la prise jusqu’à 12 heures sans perdre en efficacité.

Comme elles présentent moins d’effets indésirables, en particulier vasculaires, elles peuvent être prises assez souvent quand la pilule estroprogestative ne peut être prescrite (après l’accouchement, en cas de risque de phlébite, de migraines invalidantes sous pilule, etc.).

Inconvénients de la pilule microdosée

Leurs effets secondaires les plus fréquents sont la survenue possible de petits saignements entre les règles et la possibilité de règles très peu abondantes, voire d’absence de règles. Et puis, on peut observer aussi, même si c’est moins fréquent, de l’acné, des modifications de l’humeur, des douleurs dans les seins, des nausées ou prises de poids.

La progestérone plus dosée ou les macroprogestatifs

Certains médicaments largement utilisés comme contraceptifs n’ont pourtant pas l’autorisation officielle de mise sur le marché pour cette indication. On ne peut donc pas chiffrer leur efficacité réelle, mais de l’avis des experts, les échecs sembleraient rares.

Les macroprogestatifs sont pris généralement du 5ème au 25ème jour du cycle avec un arrêt de 7 jours entre deux phases et uniquement prescrits dans des cas particuliers comme les fibromes de l’utérus, l’endométriose ou chez les femmes de plus de 40 ans pour des raisons diverses…

Ces médicaments ont par exemple pour nom : Surgestone®, Luteran®, Chlormadinone, Lutenyl®, Nomegestrol.

Guide: 

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Vendredi 14 Juin 2002 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 10 Juin 2015 : 16h18
A lire aussi
Contraception, en perpétuel progrès Publié le 02/01/2007 - 00h00

Depuis quelques années, la contraception a beaucoup évolué. Mais les idées fausses qui circulent peuvent empêcher un couple d'accéder à la contraception qui leur conviendrait vraiment. Alors tenez-vous informé pour choisir la contraception la mieux adaptée à votre situation.

La contraception orale (la pilule oestroprogestative) Publié le 14/08/2001 - 00h00

La première pilule oestroprogestative a été mise au point en 1955 et légalisée en France en 1967. Depuis, sa composition a progressivement évolué et sa tolérance s'améliore d'année en année. La pilule reste actuellement le moyen de contraception le plus efficace et le plus répandu dans...

Pilule du lendemain : savoir l'utiliser Publié le 12/02/2003 - 00h00

La pilule du lendemain est efficace dans environ 75% des cas, mais ne remplace pas les autres moyens de contraception. Mais son utilisation doit rester occasionnelle, et ne doit pas conduire à renoncer au préservatif, qui permet seul une prévention des maladies sexuellement transmissibles.

Plus d'articles