La contraception orale (la pilule oestroprogestative)

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 16 Juin 2015 : 11h27
-A +A
La première pilule oestroprogestative a été mise au point en 1955 et légalisée en France en 1967. Depuis, sa composition a progressivement évolué et sa tolérance s'améliore d'année en année. La pilule reste actuellement le moyen de contraception le plus efficace et le plus répandu dans le monde.

Comment agit la pilule estroprogestative ?

Le but de la pilule estroprogestative est d’empêcher une fécondation. Pour cela, cette pilule peut développer diverses actions : bloquer l’ovulation, rendre l’intérieur de l’utérus impropre à la nidation en amincissant sa muqueuse, agir sur la glaire cervicale qui devient imperméable aux spermatozoïdes. Ces différentes actions permettent d’obtenir son efficacité contraceptive.

Pour réaliser ces effets, la pilule estroprogestative contient un estrogène, l’éthynilestradiol, et un progestatif, hormone de la famille de la progestérone. Il existe de nombreux progestatifs différents et c’est ce progestatif qui fait que les pilules sont différentes les unes des autres. Plus récemment sont apparues deux pilules contenant un autre type d’estrogène, une hormone naturelle.

Comment prendre la pilule ?

Comment la pilule est-elle prescrite ?

La pilule contraceptive estroprogestative est vendue uniquement sur prescription médicale. Il est donc indispensable de consulter un médecin généraliste ou un gynécologue avant d’aller se la procurer en pharmacie. Le médecin peut être un médecin libéral, un médecin hospitalier ou bien un médecin travaillant dans un centre de planification familiale. Les sages-femmes sont aussi habilitées à prescrire les contraceptions.

Si une consultation médicale est obligatoire, c’est qu’il existe des contre-indications. En effet, la pilule est un médicament et n’est donc pas anodine.

Au cours de la consultation, le médecin pose des questions permettant de détecter des contre-indications, le type de contraception convenant à chaque personne, il pratique une palpation des seins pour le dépistage des cancers du sein et quand c’est indiqué, un frottis cervico-vaginal afin de dépister les cancers du col de l’utérus.

Pour une première prescription de pilule, l’examen gynécologique n’est pas nécessaire. Mais le médecin prescrit une prise de sang afin d’observer si la prise de pilule entraîne des problèmes comme une augmentation du cholestérol ou un diabète.

Comment prendre la pilule ?

Sauf indication contraire, la plupart des pilules estroprogestatives se prennent chaque jour pendant 21 jours, ce qui correspond à une plaquette. Puis suit un arrêt de 7 jours sans traitement, à l’issue desquels la femme recommence une nouvelle plaquette…

  • La toute première pilule de la première plaquette doit être prise le premier jour des règles, auquel cas elle est efficace en tant que contraception dès que le premier comprimé est avalé.
  • Si la pilule est commencée un autre jour du cycle, il faut considérer qu’elle ne développera son effet contraceptif qu’après 7 jours, c’est-à-dire à partir du 8ème comprimé pris. Pendant les 7 premiers jours, il faut donc utiliser des préservatifs ou éviter les rapports sexuels.

Les 7 jours d’arrêt doivent être faits sans tenir compte du moment des saignements survenant à l’arrêt de chaque plaquette. Pendant ces 7 jours d’arrêt, la contraception est assurée à condition de recommencer une nouvelle plaquette le 8ème jour.

Comment arrête-t-on la pilule ?

En général, une femme arrête sa pilule en fin de plaquette, lorsqu’elle souhaite une nouvelle grossesse. Les femmes arrêtent aussi leur pilule lorsqu’elles se trouvent sans partenaire sexuel ou bien sûr pour un changement de contraception.

Dès le premier jour d’arrêt, il faut considérer que l’effet contraceptif s’arrête. Il est possible d’arrêter une pilule n’importe quand à condition d’avoir conscience que l’effet contraceptif s’arrête aussitôt.

Après l’arrêt, les cycles naturels reprennent, parfois immédiatement, parfois après quelques semaines, le temps que les ovulations se remettent à fonctionner. Il arrive ainsi que les premières vraies règles après l’arrêt de pilule (et non les saignements de privation consécutifs à l’arrêt) mettent plus d’un mois à survenir. Cela n’a rien d’inquiétant pour la fertilité car on sait que la pilule ne diminue pas par la suite la fertilité des femmes qui l’ont prise.

Guide: 

Publié par Dr Cécile Malartic, gynécologue obstétricien le Mardi 14 Août 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 16 Juin 2015 : 11h27
A lire aussi
Le surpoids diminue l'efficacité de la pilule Publié le 14/08/2006 - 00h00

Jusqu'où va la fiabilité de la pilule contraceptive ? Si l'efficacité théorique de la pilule contraceptive est excellente, elle l'est beaucoup moins dans la réalité. Les oublis, très fréquents, y sont pour beaucoup mais d'autres facteurs interfèrent comme par exemple l'excès de poids.

La contraception progestative Publié le 14/06/2002 - 00h00

La contraception orale reste la première méthode de contraception en France car elle est efficace, simple d'utilisation et généralement bien tolérée. Cependant, le choix de la patiente ou son histoire médicale peut faire proposer d'autres méthodes. L'efficacité de chaque méthode est...

Autre pilule, autre contraception Publié le 09/06/2008 - 00h00

La pilule contraceptive classique est composée de deux hormones : oestrogène et progestérone. Mais chez certaines femmes, elle est contre-indiquée. On peut alors se tourner vers une pilule contenant uniquement de la progestérone. Explications.

L’anneau vaginal Publié le 13/07/2015 - 13h23

L’anneau vaginal se place à l’intérieur du vagin où il diffuse des hormones contraceptives. Il se change une fois toutes les trois semaines.

Plus d'articles