La colère, difficile de faire avec !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 02 Mai 2005 : 02h00
-A +A
À certains moments de la vie, il est naturel de ressentir de la colère. Il existe alors deux manières fréquentes de réagir. Soit on accepte cette colère et on la laisse exploser, on devient alors violent, agressif. Soit on n'accepte pas sa colère. On peut alors la nier totalement, la transformer en culpabilité, en hyperactivité (je préfère aller laver ma voiture), en fuite (je vais faire le tour du pâté de maison et ça ira mieux), en victimisation (tu m'en veux), voire en somatisation (ma colère rentrée me crée une maladie physique)…

Si la colère est parfois inévitable, la manière de la gérer peut évoluer ! On peut, en travaillant, accepter sa colère et s'en servir comme d'une énergie utile, et non plus destructrice envers soi ou envers l'autre. Pour cela, il faut :

  • oser la reconnaître. Tout le monde a le droit d'être en colère. Ce qui est interdit, c'est la violence. Et ce sont deux choses totalement différentes ;
  • oser en parler avant qu'elle monte trop haut. En effet, on peut se retenir un peu, mais si la colère monte encore, elle risque d'exploser subitement !
  • savoir fuir, non pour tourner la page, mais pour revenir en étant capable d'en parler sans violence envers l'autre.

Et pour ceux qui ont du mal à reconnaître leur colère :

  • l'identifier, ne plus dire « moi, je ne suis jamais en colère », car je ne suis peut-être jamais violent, mais intérieurement, ma colère peut être très présente !
  • s'entraîner à exprimer sa colère avec des mots : dire « je suis en colère » et c'est souvent difficile au début quand on se considère comme un grand calme !

Et pour tous, il est bon d'apprendre à dire sa colère sans agresser l'autre. Cela revient à parler de son ressenti : « Je me sens en colère car pour moi, c'est difficile d'attendre un coup de téléphone qu'on m'a promis pendant deux heures ». Et puis, exprimer des besoins : « pour me sentir bien, j'ai besoin d'être tenu au courant de ce qui se passe » Ainsi, on exprime ses émotions et l'on donne à l'autre des pistes pour que la situation qui a déclenché cette colère ne se reproduise pas.

Finalement, la colère est une émotion inévitable sur laquelle nous avons tous beaucoup à apprendre pour la rendre constructive au lieu d'être destructrice !

Quelques livres à lire sur le sujet

« La colère, cette émotion mal-aimée », de Serge et Carolle Vidal-Graf aux éditions Jouvence.« La force des émotions », de François Lelord et Christophe André aux ditions Odile Jacob.« Les mots sont des fenêtres ou des murs », de Marshal Rosenberg aux éditions Jouvence.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 02 Mai 2005 : 02h00
A lire aussi
La colère : une émotion interdite ? Publié le 07/05/2003 - 00h00

La colère fait partie de la palette des principales émotions, au même titre que la peur, la surprise, le plaisir, la tristesse, etc. Néanmoins, elle a une particularité. Celui (ou celle) qui exprime sa colère, « le colérique », est réprouvé(e) et on lui demande souvent de se contrôler. A...

La communication non-violente en pratique Publié le 29/12/2008 - 00h00

Bien communiquer consiste à faire passer un message sans agresser l'autre, même si ce que nous avons à dire n'est pas agréable pour lui. Pour cela il est indispensable d'être attentif à la fois à ses propres besoins et attentif à l'autre. Le respect mutuel est donc la base de la...

Actes de violence : savoir en parler aux enfants selon leur âge Publié le 19/11/2015 - 11h34

Nous vivons dans un monde où la violence est mise en avant dans les médias, télévision, radio, internet, et où les adultes en parlent facilement. Les enfants de tout âge sont donc exposés à la vision ou à la constatation d’actes de violence, et cette exposition est susceptible de les...

Plus d'articles