La colère : une émotion interdite ?

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 07 Mai 2003 : 02h00
-A +A
La colère fait partie de la palette des principales émotions, au même titre que la peur, la surprise, le plaisir, la tristesse, etc. Néanmoins, elle a une particularité. Celui (ou celle) qui exprime sa colère, « le colérique », est réprouvé(e) et on lui demande souvent de se contrôler. A l'inverse, celui (ou celle) qui retient sa colère est critiqué(e) et on lui demande alors de l'exprimer. La colère est dite aussi mauvaise conseillère. Serait-elle une émotion interdite ?

Les émotions sont des réactions complexes qui engagent à la fois le corps et l'esprit.La colère a d'ailleurs une traduction physique très marquée et souvent perceptible par autrui. Le visage et les mains deviennent rouges, par afflux du sang. Biologiquement, une montée d'adrénaline (hormone du stress également) permet de libérer une énergie qui facilite une mise en action rapide.

D'où naît la colère ?

Le sentiment de la colère est généralement déclenché par la perception d'une situation vécue comme injuste, dévalorisante, menaçante. Elle est provoquée par la sensation d'être atteint, touché, voire blessé dans son être le plus profond. Les paroles ou le comportement de l'autre sont perçus comme fondamentalement en contradiction avec ses propres croyances, valeurs ou idées.

Quelle est la fonction de la colère ?

La colère nous aide à nous défendre contre un sentiment de menace. Physiquement, le corps est sur le qui-vive, prêt à se battre si besoin. Psychologiquement, les signes extérieurs de la colère montrent à l'autre, de façon non verbale et involontaire, l'importance de l'enjeu pour soi et le sentiment de danger dans lequel on est. Les modifications physiologiques lorsque la « colère monte » sont aussi des indices pour nous-mêmes ; ils nous permettent de prendre conscience et de reconnaître cette émotion.

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 07 Mai 2003 : 02h00
A lire aussi
La colère, difficile de faire avec ! Publié le 02/05/2005 - 00h00

À certains moments de la vie, il est naturel de ressentir de la colère. Il existe alors deux manières fréquentes de réagir. Soit on accepte cette colère et on la laisse exploser, on devient alors violent, agressif. Soit on n'accepte pas sa colère. On peut alors la nier totalement, la...

La communication non violente : mode d'emploi Publié le 30/04/2003 - 00h00

Il n'est pas rare qu'un dialogue paisible, que ce soit au travail avec un collègue ou en famille avec ses enfants ou son (sa) conjoint(e), se transforme en conflit. Il est alors impossible de se faire entendre et de comprendre l'autre. Pourtant, le désaccord n'est peut être qu'un problème de...

L'agressivité et violence, pas seulement pour le pire Publié le 05/03/2003 - 00h00

La violence ou les flambées de violence à l'école, dans les cités, sur la route, au cinéma, dans les jeux vidéo ou dans les jeux bien réels de certains, sont des sujets abordés quotidiennement par les médias. Derrière cette image collective de la violence, se cache un ressort de la...

Plus d'articles