La chirurgie de l’obésité pour mieux soigner le diabète de type 2

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 23/09/2016 - 16h06
-A +A

PUB

La chirurgie de l’obésité pour tous ?

En France, à part quelques centres multidisciplinaires dédiés à la chirurgie de l’obésité où l’on suit au plus près les patients opérés -une nécessité à la fois sur le plan médical, nutritionnel et psychologique- la plupart des patients sont rapidement lâchés dans la nature : à peine un an après l’opération, la moitié est perdue de vue.

Pr François Pattou : « Le dilemme en 2016 est celui-ci : nous sommes convaincus du bénéfice de la chirurgie bariatrique pour améliorer le diabète même pour les personnes ayant une obésité légère, mais modifier les indications de la HAS comporterait des risques. La chirurgie est une technique invasive, avec des conséquences non négligeables sur la santé de l’individu voire avec un risque de décès et qui dépend fortement de la pratique des chirurgiens. Autoriser le remboursement de la chirurgie métabolique pour des diabétiques dont l’IMC serait inférieure à 35kg/m2 (en l’occurrence entre 30 et 34,9 kg/m2) reviendrait à encourager l’opération d’un nombre considérable de personnes sans avoir résolu le problème de fond qui est le suivi et l’encadrement de cette chirurgie. Néanmoins, face à ces preuves scientifiques indéniables, les indications devront néanmoins être révisées à moyen terme ».

Le protocole de recherche national DIABSURG coordonné par François Pattou est une étude médico-économique de la chirurgie bariatrique dans la vraie vie chez des diabétiques de type 2 avec et une HbA1c>7,5% malgré l’intensification de leur traitement (IMC > 30 kg/m2). Elle produira les premiers résultats d’ici 2018 puis étudiera dans un second temps la morbi-mortalité sur le long terme (5-10 ans).

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 23/09/2016 - 16h06

(1) Björn Eliasson et al. Lancet Endocrinol 29 sept 2015 ; (2) Gassenhuber J et al. Prediction of diabetes remission after gastric bypass, a direct study || ePoster #599 ; (3) Diabetes Care 2016;39:861–877

Depuis le congrès EASD 2016 à Munich (12-16 septembre 2016) et un entretien avec le Pr François Pattou, chef du service de chirurgie Générale et Endocrinienne, CHRU Lille, Inserm U859 - Biothérapies du Diabète, Univ. Lille Nord) 

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB