Le cerveau des adolescents leur joue des tours !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 06 Février 2006 : 01h00
-A +A
Décoder ses propres émotions n'est pas facile et demande un apprentissage très long, même pour les plus simples d'entre elles. Un petit enfant, par exemple, ne sait pas qu'il a faim. Il se sent mal mais n'est pas capable de demander à manger. Il ressent un malaise sans pouvoir l'identifier. Par la suite, il apprendra à le faire, et cela demande du temps. Mais l'apprentissage d'émotions plus complexes est encore plus long.

Décoder les émotions des autres…

Cet apprentissage des émotions complexes l'est encore plus quand il s'agit de décoder les émotions de quelqu'un d'autre. Lorsque vous êtes face à une autre personne, sans en avoir conscience, vous interprétez son attitude et vous analysez s'il est joyeux, triste, en colère… C'est un savoir-faire très utile pour vous adapter à votre interlocuteur. La neuropsychologue Deborah Yurgelun-Todd a étudié la capacité de comprendre les émotions chez les adolescents. Elle se révèle nettement moins au point que celle des adultes !Comment s'y est-elle pris pour tirer ces conclusions ? Il s'agissait de montrer à des jeunes adolescents des photos de portraits et de leur demander quelle émotion apparaissait sur le cliché. Les adultes font très peu d'erreurs mais les moins de 14 ans confondent souvent plusieurs émotions : ils peuvent prendre la peur pour de l'irritation ou de la tristesse par exemple. Cette capacité à comprendre l'émotion de l'autre mûrit au fil du temps : plus on prend de l'âge et mieux on analyse l'autre d'une manière juste.

Quelles sont les conséquences de ces constatations ? C'est qu'avant 14 ans, on peut se tromper. Une personne vous regarde dans la rue, et vous pouvez imaginer qu'elle vous déteste : au premier coup d'œil, vous vous sentez agressé. Quelqu'un rit et vous pensez qu'on se moque de vous. Plus vous êtes mal dans votre peau et plus vos interprétations peuvent être erronées ! Cela rend les rapports humains plus difficiles !Que faire ? Peut-être expliquer ce phénomène aux adolescents, puis penser à leur expliquer ce que vous ressentez lorsque quelque chose dans la relation vous paraît bizarre. Il peut être aussi très intéressant de leur montrer que le jugement qu'ils portent sur les autres est peut-être totalement faux… Tout cela peut les aider à mûrir plus facilement et à prendre un peu de distance avec leur ressenti…

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 06 Février 2006 : 01h00
Source : D'après une interview du Dr Yurgelun-Todd, neuropsychologue au Mc Lean Hospital de Belmont (USA).
A lire aussi
Actes de violence : savoir en parler aux enfants selon leur âge Publié le 19/11/2015 - 11h34

Nous vivons dans un monde où la violence est mise en avant dans les médias, télévision, radio, internet, et où les adultes en parlent facilement. Les enfants de tout âge sont donc exposés à la vision ou à la constatation d’actes de violence, et cette exposition est susceptible de les...

Le cerveau et la musique : sont-ils en harmonie ? Publié le 08/09/2015 - 09h47

Apprécier la musique, cela s’apprend, mais c’est aussi quelque chose d’inné. Il suffit d’observer de tout petits enfants écouter une chanson… et danser spontanément. Mieux encore, la musique est aussi davantage qu’un plaisir, un outil pouvant servir très utilement notre cerveau.

Deuil : Comment parler de la mort aux enfants Publié le 31/05/2010 - 00h00

À l'occasion de la sortie du livre " Devant la mort : comment répondre aux questions des enfants ", le magazine Psychoenfants a interrogé son auteur, la psychiatre Fanny Cohen-Herlem. Comment aborder cette question délicate auprès des enfants ? Faut-il tout leur dire, quels mots choisir pour...

Schizophrénie Publié le 06/09/2001 - 00h00

La schizophrénie est une maladie du cerveau. Ce n'est pas une maladie de l'âme, ni un manque de volonté, ni une double personnalité (maladie très rare à laquelle on a longtemps et faussement associé la schizophrénie), mais bien un "défaut" de certains circuits neuronaux du cerveau.

Plus d'articles