Cancer du col de l'utérus : le vaccin est pour demain

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Octobre 2006 : 02h00
-A +A
Le second vaccin contre un cancer du col de l'utérusvient d'obtenir une autorisation européenne de mise sur le marché. Dénommé Gardasil®, il est indiqué contre le cancer du col de l'utérus, seconde cause de mortalité par cancer (après le cancer du sein) chez les femmes jeunes de 15 à 44 ans.

Le cancer du col de l'utérus est dû à un virus : le papillomavirus

Le cancer du col de l'utérus est dû à un virus de la famille des papillomavirus (HPV). Chaque année, ce cancer est diagnostiqué chez près de 3.400 Françaises et plus de 1.000 en meurent. Mais en plus des cancers et des lésions précancéreuses du col de l'utérus, les papillomavirus sont aussi responsables de lésions cancéreuses de la vulve, du vagin et de verrues génitales. En Europe des centaines de milliers de femmes sont victimes de ces affections.

Il faut savoir que les papillomavirus sont très fréquents : on estime que 70% des femmes sexuellement actives sont exposées à ces virus au cours de leur vie, le plus souvent à l'adolescence ou au début de l'âge adulte. Heureusement, toutes ne développent pas de cancer.

Pour prévenir à temps le cancer du col de l'utérus, il faut faire un test HPV, c'est à dire rechercher l'infection via les papillomavirus

Jusqu'à présent, la seule façon de prévenir un cancer du col de l'utérus était la réalisation régulière d'un frottis. Lorsque celui-ci est anormal, un test HPV permet de confirmer la présence du papillomavirus. Des analyses sont alors nécessaires, ainsi qu'une surveillance rapprochée afin de savoir si les lésions régressent ou progressent en lésions précancéreuses. Si c'est le cas, une ablation chirurgicale est indispensable (conisation).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Octobre 2006 : 02h00
Source : Communiqué de presse de Sanofi Pasteur MSD, 22 septembre 2006.
A lire aussi
Est-ce un condylome, une verrue génitale ? Publié le 04/01/2012 - 12h08

Les condylomes génitaux, aussi appelés verrues génitales ou "crêtes de coq", sont extrêmement fréquents dans la population sexuellement active. Généralement bénignes, les verrues génitales sont cependant inconfortables et très contagieuses, ce qui justifie leur prise en charge rapide.

Plus d'articles