AVC : quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 12 Novembre 2012 : 12h44
-A +A

En France, une personne est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) toutes les 4 minutes.

L’AVC est l’une des premières causes de mortalité et de handicap.

À l’instar de l’infarctus, reconnaître les premiers signes d'un accident vasculaire cérébral afin de contacter immédiatement les secours permettrait de réduire considérablement les séquelles, les handicaps et les décès

À quoi est dû un accident vasculaire cérébral ?

L’Organisation mondiale de la santé parle de pandémie et projette une augmentation de l’incidence des AVC passant de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030.

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue :

  • soit par un vaisseau sanguin bouché (on parle d’AVC ischémique ou d’infarctus cérébral),
  • soit par l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie dans le cerveau (on parle d’AVC hémorragique ou d’hématome).

Cette interruption de la circulation prive des cellules du cerveau d’oxygène et de nutriments essentiels à leur fonctionnement. Certaines sont endommagées et d’autres meurent, avec des conséquences dramatiques : lésions, séquelles, handicaps…

Sur les 800.000 Français actuellement touchés par un AVC, plus de 500.000 en gardent des handicaps.

C’est ainsi que l’AVC est la première cause de handicap acquis de l’adulte et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Mais si on réussit à intervenir très rapidement et à restaurer la circulation sanguine dans le cerveau, il est possible de limiter les lésions cérébrales. Or aujourd’hui, dans 90% des cas, les patients arrivent trop tardivement dans les mains des urgentistes.

Quels sont les signaux d’alerte de l’AVC ?

Même si les signes d’alerte de l'accident vasculaire cérébral varient selon les zones cérébrales touchées, il existe trois symptômes majeurs qui doivent immédiatement alerter :

  • Un engourdissement ou une impossibilité brutale de bouger un bras, une jambe ou tout un côté du corps, avec une perte de sensibilité.
  • Une impossibilité brutale de parler, de trouver les mots ou de les comprendre.
  • Un trouble de la vision ou une perte soudaine de la vue d’un œil.

Même si ces signes sont brefs et qu’ils régressent en quelques minutes, ils sont toujours révélateurs d’un AVC : il faut donc appeler immédiatement le centre 15.

Comme pour l’infarctus, chaque minute compte afin de limiter les séquelles graves, voire le décès de la victime.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 12 Novembre 2012 : 12h44
Source : Communiqué de presse de la Journée mondiale de l’Accident vasculaire cérébral 2012, 1er octobre 2012. Dossier de presse Urgence AVC, 2012.
A lire aussi
Journée européenne de l’AVC : agir VITE Publié le 14/05/2013 - 04h59

La Société Française Neuro Vasculaire (SFNV) et l’association de patients France AVC profitent de la Journée européenne de prévention des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) du 14 mai 2013 pour sensibiliser les Français aux symptômes d’alerte de l’AVC devant amener à appeler...

AVC : les symptômes d’alerte à connaître Publié le 26/10/2012 - 07h35

Parce que « l’accident vasculaire cérébral est une maladie qui handicape et qui tue », Urgence AVC se mobilise à l’occasion de la Journée mondiale de l’Accident vasculaire cérébral (29 octobre), pour informer sur les symptômes d’alerte à connaître. Comme pour l’infarctus,...

Plus d'articles