Alzheimer : un diagnostic plus sûr et plus précoce

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Juillet 2014 : 11h21
Mis à jour le Mercredi 02 Juillet 2014 : 14h45

De nouveaux marqueurs biologiques pourraient permettre de diagnostiquer plus tôt et de manière plus fiable la maladie d’Alzheimer.

© Istock

Dépister tôt pour retarder l’évolution de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative qui progresse vite en raison du vieillissement de la population. Si on estime qu’un million de Français sont atteints d’Alzheimer, ce chiffre pourrait tripler d’ici 2050. Outre les travaux de recherche entrepris pour mettre au point un traitement curatif, l’enjeu actuel est d’améliorer le dépistage afin que cette maladie soit détectée plus tôt de sorte que les patients puissent bénéficier d’un traitement capable de retarder l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

Des chercheurs de l’Inserm apportent un espoir dans ce domaine. Les symptômes de la maladie d’Alzheimer que tout le monde connaît : troubles de la mémoire, désorientation spatiale et temporelle, etc., ne sont pas spécifiques, ne se manifestent pas chez tous les patients, pas de la même façon et tardivement lorsque la maladie a déjà évolué. Il est donc difficile d’utiliser ces signes pour repérer précocement la maladie d’Alzheimer.

En analysant les profils cliniques spécifiques de la maladie d’Alzheimer, des neurologues ont réussi à définir une série de nouveaux critères biologiques permettant de dépister cette maladie très tôt et avec une bonne fiabilité.

L’identification de ces marqueurs nécessite soit une ponction lombaire pour détecter des anomalies protéiques dans le liquide céphalorachidien, soit une tomographie du cerveau (TEP) pour visualiser l’activité des tissus.

Par rapport aux anciens critères diagnostiques, les nouveaux ont permis d’écarter 36 % de faux positifs (patients dépistés à tort comme atteints de la maladie d’Alzheimer).

PUB

A retenir

La recherche avance très vite et bientôt nous devrions disposer de traitement à visée curative.

Donc deux objectifs :

  • Prévenir la maladie d’Alzheimer en mettant en place les grandes règles hygiéno-diététiques : activités intellectuelles, activités sociales, activité physique, alimentation équilibrée…
  • Dépister très tôt la maladie pour retarder son évolution.
Mots-clés : Alzheimer, Diagnostic
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 02 Juillet 2014 : 11h21
Mis à jour le Mercredi 02 Juillet 2014 : 14h45
Source : Dubois B. et coll., The Lancet Neurology, 13 (6) : 614-29, June 2014, http://www.thelancet.com/journals/laneur/article/PIIS1474-4422%2814%2970090-0/fulltext.
A lire aussi
Alzheimer : comment évolue la maladie ?Publié le 17/06/2012 - 22h00

Toute baisse de mémoire n’est pas attribuable à la maladie d’Alzheimer.En effet, le vieillissement normal s’accompagne aussi de troubles de la mémoire.Par ailleurs, l’apparition très progressive des symptômes de la maladie d’Alzheimer contribue aussi à la difficulté du...

L'autisme serait plus fréquent que prévu !Publié le 16/07/2001 - 00h00

L'autisme, trouble du développement psychique, touche 17 enfants pour 10.000. Cependant, des médecins britanniques viennent de montrer que les troubles proches de l'autisme, tout en ne répondant pas strictement à la définition de cette maladie, concernent jusqu'à 46 enfants pour 10.000, soit 2...

Plus d'articles