L'alcool, source de malnutrition

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 30 Avril 2002 : 02h00
-A +A
La consommation d'alcool peut avoir un impact sur le statut nutritionnel d'un individu, tant par effet de substitution aux autres nutriments (en particulier une carence en apports de protéines) que par malabsorption de certains nutriments (notamment certaines vitamines). Enfin, l'alcool représente un important apport calorique qui, dans certains cas, est associé à une prise de poids.

En créant des lésions au niveau du foie, du pancréas ou de l'intestin grêle, une consommation excessive d'alcool induit des carences vitaminiques, en particulier en vitamines A, B, C, D, K, et en oligo-éléments, qu'il s'agisse du magnésium ou du zinc.Ces carences sont loin d'être anodines. Ainsi, pour ne citer que deux exemples, la déplétion en vitamine A hépatique favorise non seulement la fibrose qui mène vers la cirrhose mais aussi la carcinogenèse qui peut être responsable de l'apparition d'un cancer primitif sur un foie cirrhotique. Autre exemple, la carence en folates induite par la consommation d'alcool accélère la survenue d'une anémie.Ce sont les individus consommant plus de 30 %* de leurs calories totales sous forme d'alcool qui ont une grande probabilité d'avoir des apports réduits en glucides, en protéines, en lipides, en vitamines et en minéraux. Le traitement des maladies hépatiques provoquées par l'alcool doit donc comprendre un programme nutritionnel adapté au fait que la maladie alcoolique crée des conditions particulières (malabsorption de certains nutriments).Cette approche nutritionnelle est d'autant plus importante que les carences évoquées majorent les effets de l'alcool. Ainsi, à consommation égale d'alcool, les patients malnutris ont un pic d'alcoolémie plus élevé.Sur le plan pondéral, la consommation d'alcool est associée à un poids inférieur chez les femmes, et parfois, mais pas toujours, à un poids supérieur chez les hommes. Mais le mode de consommation joue un rôle puisqu'à consommation égale, des consommateurs quotidiens sont plus minces que des consommateurs irréguliers.* exemple : environ 8 verres standard de 10 g d'alcool pur chacun pour une ration calorique de 2 000 kcal.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 30 Avril 2002 : 02h00
Source : Expertise collective de l'Inserm. Alcool. Effets sur la santé 2001. CFES, mars-avril 2002
A lire aussi
L'abus d'alcool fait-il grossir ou maigrir ? Publié le 02/02/2009 - 00h00

L'alcool est très calorique. En conséquence de quoi, l'alcool devrait faire grossir les personnes qui en consomment beaucoup. Qu'en est-il ? C'est l'inverse qui se produit : ce n'est pas l'obésité qui guette les gros consommateurs d'alcool mais la dénutrition. Comment expliquer ce phénomène ?

Maladies du foie : en augmentation chez l’enfant Publié le 09/09/2016 - 15h15

Ce serait une erreur de penser que l’accumulation de graisse dans le foie s’observe uniquement chez l’adulte, en particulier en surpoids et/ou diabétique. Les enfants souffrent aussi de cette maladie du foie que l’on appelle stéatose hépatique. De plus en plus souvent et de plus en...

Vitamine B12 : attention à ne pas en manquer ! Publié le 13/02/2006 - 00h00

Selon des chercheurs danois, les carences en vitamine B12, également appelée cobalamines, seraient plus fréquentes qu'on ne le croit, et elles toucheraient plus particulièrement les seniors. Ils proposent de revoir à la hausse les apports nutritionnels journaliers recommandés….

Besoins nutritionnels des sportifs Publié le 25/02/2002 - 00h00

Le sport modifie certains besoins nutritionnels mais pas systématiquement : tout dépend du type de sport que l'on pratique et surtout de sa fréquence, de son intensité et de la durée de l'exercice musculaire qui mobilisent plus ou moins d'énergie et de nutriments entraînés par la dépense...

Plus d'articles