Accident vasculaire cérébral : un drone miniature pour déboucher l'artère obstruée

Publié par Dr Nathalie Manoukian le Mardi 24 Février 2015 : 12h27
Mis à jour le Mardi 24 Février 2015 : 12h27

Les plaques d’athérome qui viennent boucher les artères favorisent la survenue des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux (AVC). La mise au point d’un traitement encore expérimental apporté grâce à un drone microscopique et agissant au cœur de l’artère, suscite de nouveaux espoirs.

© Istock

Combattre l’inflammation responsable de l’accident vasculaire cérébral

Jusqu’à présent, pour combattre l’inflammation artérielle mise en cause dansl'infarctus et l'accident vasculaire cérébral, les médecins étaient plutôt démunis. En effet, les anti-inflammatoires par voie orale ne sont pas dénués d’effets secondaires, surtout lorsqu’ils sont pris au long cours, d’où l’idée de chercheurs américains de trouver un moyen d’apporter ces anti-inflammatoires localement, au cœur de l’artère. Pour cela, ils ont imaginé une sorte de drone microscopique transporteur, mille fois plus petit qu’un cheveu et capable de se poser sur la plaque d’athérome d’une artère. Le médicament anti-inflammatoire que contient ce drone n’est libéré qu’une fois arrivé sur la cible, sans risque pour les autres organes, notamment le système digestif.

PUB

Le drone permet la stabilisation des plaques au cœur de l’artère ainsi traitée

Après cinq semaines d’un tel traitement, les lésions au cœur de l’artère visée se sont améliorées : en l’occurrence, la plaque a été recouverte d’une couche de collagène protectrice. Comme l’expérience a été menée chez des souris et que ces dernières ne font pas d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral à partir de leur plaque d’athérome, il n’est pas possible de dire si ce traitement local apporté par un drone microscopique serait suffisant chez l’homme. Il a néanmoins le mérite de montrer la faisabilité de cette technique et d’ouvrir la voie des «nano drones» !

Publié par Dr Nathalie Manoukian le Mardi 24 Février 2015 : 12h27
Mis à jour le Mardi 24 Février 2015 : 12h27
Source : Sci Transl Med 18 February 2015: Vol. 7, Issue 275, p. 275ra20 Sci. Transl. Med. DOI: 10.1126/scitranslmed.aaa1065, http://stm.sciencemag.org/content/7/275/275ra20.
PUB
PUB
A lire aussi
Aspirine : encore et toujours !Publié le 27/05/2002 - 00h00

L'aspirine a beau être un médicament vieux comme le monde, il n'en conserve pas moins encore quelques mystères. D'une part, les bénéfices qu'il induit à long terme chez des personnes ayant déjà été victimes d'accidents vasculaires viennent seulement d'être confirmés. D'autre part, une...

Des bactéries augmentent le risque d'infarctusPublié le 10/05/2005 - 00h00

Depuis longtemps, une bactérie dénommée Chlamydia pneumoniae est suspectée de jouer un rôle dans les évènements cardiovasculaires. Selon une étude américaine, les antécédents d'infections dus à cette bactérie augmentent considérablement le risque de faire un infarctus du myocarde. En...

Quels sont les signes d'une athérosclérose ?Publié le 03/06/2012 - 22h00

L’athérosclérose est une affection courante, qui conduit à un blocage de la circulation du sang à l’intérieur des artères ou simplement à un rétrécissement de celle-ci.Peut-on repérer des symptômes indiquant l’existence d’une athérosclérose ? Quels sont exactement les signes...

De l'aspirine en cas d'insuffisance coronariennePublié le 21/12/2001 - 00h00

L'aspirine, par ses propriétés anticoagulantes, est capable de prévenir la formation d'un thrombus (caillot sanguin) dans les coronaires et donc de réduire le risque d'accidents cardiaques. Ainsi, en cas d'insuffisance coronarienne suspectée ou avérée, votre médecin peut être amené à vous...

Plus d'articles