Accident vasculaire cérébral : aide et soutien, une nécessité

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 11 Juin 2003 : 02h00
-A +A
Après un accident vasculaire cérébral, la vie quotidienne change considérablement. Afin d'aider et soutenir ces patients se sentant seuls et incompris, l'Association France AVC a créé des antennes départementales et régionales composées de bénévoles.

Du jour au lendemain, après un accident vasculaire cérébral (AVC), rien n'est plus comme avant et nombre de personnes se retrouvent handicapées par des séquelles. La vie sociale devient difficile, on se sent incompris et seul à vivre avec cette maladie. Le couple est également mis à rude épreuve. De nouvelles charges et responsabilités pèsent désormais sur le conjoint. Si dans la majorité des cas, cette maladie affecte des personnes âgées, elle peut également survenir chez des sujets plus jeunes, comme au cours de la quarantaine. La prise en charge des enfants, le travail et les éventuelles traites à rembourser incomberont donc désormais à un seul membre du couple.

A l'hôpital on est entouré, soigné et accompagné, mais de retour à la maison, on se retrouve seul avec son handicap à affronter dans la vie de tous les jours. C'est pour aider ces personnes que le Dr Jacques Bouillat, neurologue, chef du service de neurologie au centre hospitalier de Fleyriat dans l'Ain, a eu l'idée de créer en 1998 l'Association France AVC. A l'origine, il s'agissait surtout d'apporter un soutien aux malades et à leur famille, grâce à des bénévoles dont la mission est de se rendre au domicile des patients chaque semaine afin de les sortir de leur solitude et de leur offrir une écoute.Depuis ces cinq années d'existence, l'association a agrandi ses objectifs à l'information des pouvoirs publics et du public en général, à l'aide, à la recherche et à la formation des médecins et des paramédicaux. Des antennes régionales et départementales ont été mises en place à Bourg-en-Bresse, Dijon, Mâcon, Sainte-Ruffine, Paris, Nantes et bientôt à Nice, Lyon, Mulhouse et Lons-le-Saulnier.

Liste des adresse de France AVC

  • Sur Internet : franceavc@wanadoo.fr
  • Ain : 7 Avenue Pierre Sémard - 01000 Bourg-en-Bresse.
  • Côte d'Or : Hôtel des Sociétés, 7 rue du Dr Maret - 21000 Dijon.
  • Saône et Loire : 17 rue Mozart - 71000 Mâcon - as.franceavc71@wanadoo.fr.
  • Moselle : 10 Chemin des Bruyères - 57130 Ste Ruffine.
  • Paris Ile de France : CHU Sainte Anne, 1 Cours Cabanis - 75014 Paris - france-avc.idf@wanadoo.fr.
  • Nantes : Dr Benoît Guillon, Hôpital Nord, Clinique neurologique - 44093 Nantes Cedex.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 11 Juin 2003 : 02h00
Source : Communiqué de l'Association France AVC, avril 2003.
A lire aussi
Votre migraine persiste ? Consultez un service spécialisé Publié le 12/11/2010 - 10h07

Un bon nombre de migraineux traînent leur migraine de médecin en médecin, sans jamais être soulagés. En plus, ils se bourrent d’antalgiques et cela finit par ne plus marcher non plus. Alors c’est la dépression, l’arrêt de travail, l’abandon de carrière. Une histoire rare ? Pas tant...

Fibromyalgiques, qui êtes-vous ? Publié le 20/12/2016 - 09h41

Quel est le profil des personnes souffrant de fibromyalgie ? Quelles douleurs ressentent-elles, pour quel retentissement au quotidien ? Une enquête française, la première par son ampleur, dévoilée lors du congrès annuel des spécialistes de la douleur (SFETD, 24-26 novembre 2016) lève le...

France Parkinson fait entendre sa voix Publié le 14/04/2011 - 09h11

A l’occasion de la Journée mondiale Parkinson, le 11 avril 2011, l’association France Parkinson appelle l’Etat, un an lui avoir remis un Livre blanc, à lancer un Plan national Parkinson qui donne les moyens d’agir contre cette pathologie invalidante. Explications.

Les maladies psychosomatiques Publié le 10/01/2002 - 00h00

Nous connaissons tous au moins une personne à laquelle un médecin a dit un jour : « c'est psychosomatique», à propos de symptômes qui semblaient bien réels. Une réponse frustrante, parfois même angoissante, car elle laisse entendre qu'un psy sera nécessaire pour en savoir plus…

Plus d'articles