Vivre après un cancer du sein

Publié le 23 Mars 2009 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Grâce aux énormes progrès thérapeutiques, survivre à un cancer du sein est une réalité courante. Malgré tout, les traitements subis affectent notablement les femmes. En quoi la vie des femmes guéries du cancer du sein est-elle transformée ?

Le syndrome post-guérison

Si durant toute la période de prise en charge, les femmes se sentent généralement bien épaulées et encadrées par leur entourage et par les personnels de santé, en revanche, lorsque l'accompagnement médical prend fin, elles ont souvent l'impression d'être ' abandonnées '. Et même si la maladie a été guérie, la crainte qu'elle continue à évoluer est persistante et la manifestation du moindre symptôme réactive cette peur.

C'est au médecin traitant que revient la tâche de rassurer et d'apaiser les angoisses, tout en prenant les mesures qui s'imposent pour soulager les troubles et les symptômes après en avoir recherché les causes exactes, le plus souvent indépendantes du cancer. A noter qu'une éventuelle récidive du cancer du sein est classiquement surveillée par une simple mammographie annuelle.

Les services d'oncologie disposent d'Unités de psycho-oncologie pour apporter un soutien et accompagner à tous les stades de la maladie et à la sortie du cancer. Les groupes de paroles et les Associations de patients ou de proches proposent également des services d'aide et d'écoute.

Les conséquences du traitement

Les conséquences psychologiques sont très variables selon le type de traitement chirurgical : ablation plus ou moins importante du sein, avec ou sans les ganglions sentinelles, non reconstruction mammaire ou non, immédiate ou différée, etc. Dans ce dernier cas, le fait de pouvoir poser une prothèse mammaire externe en attendant une reconstruction est toujours bénéfique pour restaurer l'image corporelle. A noter également que le fait de bénéficier d'une radiothérapie peut compliquer les possibilités immédiates de reconstruction mammaire.

La chimiothérapie pose un problème différent, en perturbant très souvent les cycles menstruels. C'est ainsi que chez certaines femmes, les règles réapparaissent après une interruption transitoire, alors que chez d'autres, une ménopause s'installe. Ne pouvant prédire ces perturbations, on peut recourir à une contraception par dispositif intra-utérin afin d'écarter tout risque de grossesse.

L'hormonothérapie

Ce traitement hormonal vise à diminuer le risque de récidive. Il doit être bien suivi et pour cela, bien accepté par la patiente. Les effets indésirables doivent parallèlement être gérés : douleurs articulaires, risque accru d'ostéoporose, etc.

Quid de la grossesse après un cancer du sein

Mener une grossesse après un cancer du sein n'est pas contre-indiqué, à condition de respecter un certain délai après la fin du traitement. On recommande actuellement d'attendre 3 ans avant d'envisager une grossesse, car c'est durant ce laps de temps que le risque de récidive est le plus élevé.

Il existe cependant un risque : la chimiothérapie diminuant souvent la réserve ovarienne, une ménopause précoce peut survenir dans pendant cet intervalle de trois ans. Le don d'ovocytes représentera alors la seule solution.

Quelle sexualité après un cancer du sein ?

Ablation d'un sein, perte des cheveux et de la pilosité pubienne, prise de poids consécutive à la chimio, sont autant d'éléments perturbant la libido. Mais le plus souvent, quelques années après une reconstruction mammaire et la repousse des cheveux, les troubles de la sexualité disparaissent. En attendant, il est important d'inciter la patiente à parler de ses problèmes intimes avec son partenaire, son médecin, voire un sexologue. Cette démarche est importante pour restaurer une bonne image de soi.

Il faut savoir qu'avec la constitution de réseaux entre oncologues, gynécologues et médecins généralistes, la coordination de la prise en charge et du suivi s'est grandement améliorée et que les femmes en retirent de nombreux avantages. Parallèlement, les associations de patientes apportent une aide très précieuse dont il ne faut pas se priver.

A lire

' Le guide de la femme après 40 ans ', Dr Pascale This, Editions Odile Jacob.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Dr Pascale This, " Le guide de la femme après 40 ans ", Editions Odile Jacob.
La rédaction vous recommande sur Amazon :