Vitamine D : elle pourrait protéger du cancer

© Adobe Stock

La vitamine D pourrait avoir un rôle protecteur sur le corps et ainsi limiter le risque de cancer selon une nouvelle étude.

PUB

Moins de cancer si plus de vitamine D ? Une étude publiée dans le British Medical Journal tend vers cette hypothèse. En effet, plus son taux dans le corps serait élevé (selon une certaine limite à partir de laquelle son effet est nul) et plus le risque de cancer diminuerait. Une dose élevée de vitamine D dans le sang pourrait faire baisser le risque de cancer de 20%.

Pour arriver à ce résultat, une étude a été réalisée au Japon auprès de 30 000 personnes, âgées de 40 à 69 ans. Le but étant de mesurer le taux de 25-hydroxyvitamine D (forme activé de la vitamine D) dans le sang de volontaires. L'étude s'est étalée sur une durée de 16 ans.

PUB
PUB

Les chercheurs ont également pris en compte les facteurs de risque de cancer tel que l'âge, le poids, le sexe, la consommation d'alcool, le tabagisme ou encore l'activité physique.

Le cancer du foie possiblement diminué de moitié

Ils ont constaté une diminution de la plupart des cancers sauf celui du poumon et de la prostate qui sont restés à des taux stables. Le cancer où la réduction a été la plus élevée est le cancer du foie (- 30 à 50%) puisque c'est précisémment lui qui fabrique la 25-hydroxivitamine D.

Les liens entre cancer et vitamine Dont été médiatisés par le Dr David Servan-Schreiber. La relation entre statut vitaminique bas et risque accru de cancer a été la plus étudiée concernant le cancer du sein, de la prostate et du côlon. Le lien de cause à effet fait cependant débat et il faut continuer à prouver qu’une complémentation envitamine Ddiminue effectivement le risque de cancer, de récidives ou la mortalité.

La vitamine Dfonctionne comment ?

Cette vitamine est la seule que l’organisme fabrique lui-même, les autres étant toutes exclusivement apportées par l’alimentation. Elle est synthétisée au niveau de notre peau (à partir d’un dérivé du cholestérol) sous l’effet des UVB. Autrement dit, sans soleil, pas devitamine D,ce qui explique pourquoi de nombreuses personnes sont carencées en cette vitamine D, particulièrement en hiver, ainsi que les personnes qui habitent dans le nord de la France et les personnes âgées qui sortent peu.

Une activité hormonale : transportée via la circulation sanguine, stockée (dans les muscles et les graisses) et transformée (par le foie et dans les reins) la vitamine D est aussi connue sous sa forme la plus active, le calcitriol, qui agit comme une hormone au niveau des organes et des cellules, participant notamment à la synthèse de nombreuses protéines via la stimulation des gènes.

La vitamine D est aussi indispensable pour les os, l'activation du système immunitaire, la prévention des maladies cardiovasculaires, la fertilité, les reins...

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 09 Mars 2018 : 17h32
Source : Plasma 25-hydroxyvitamin D concentration and subsequent risk of total and site specific cancers in Japanese population: large case-cohort study within Japan Public Health Center-based Prospective Study cohort. Sanjeev Budhathoki, Akihisa Hidaka, Taiki Yamaji, Norie Sawada, Sachiko Tanaka-Mizuno,  Aya Kuchiba, Hadrien Charvat,  Atsushi Goto, Satoshi Kojima, Natsuki Sudo, Taichi Shimazu, Shizuka Sasazuki,  Manami Inoue, Shoichiro Tsugane, Motoki Iwasaki. The British Medical Journal. 1er février 2018
PUB
PUB

Contenus sponsorisés