Un virus tueur de tumeurs trouve un allié

© Istock

En associant une chimiothérapie à un virus capable de cibler les cellules tumorales, des chercheurs ouvrent une piste prometteuse contre certains cancers.

PUB

La virothérapie ou quand la chimio s’associe à un virus

Le champ de la virothérapie, cette stratégie qui utilise des virus pour détruire spécifiquement les cellules cancéreuses, s'élargit avec le parvovirus. Ce dernier a fait preuve de son efficacité contre les cancers du pancréas et du col de l'utérus lors d'essais précliniques menés par une équipe franco-allemande.

PUB
PUB

Les chercheurs se sont intéressés au parvovirus, un virus oncolytique qui fait aujourd'hui l'objet d'un premier essai clinique pour le traitement du glioblastome. Afin d'améliorer encore son efficacité dans son action contre d'autres tumeurs (les adénocarcinomes pancréatiques et du col de l'utérus), l'équipe conduite par le Dr Antonio Marchini du Centre allemand de recherche sur le cancer situé à Heidelberg (Allemagne) a décidé d'associer ce virus avec l'acide valproïque, une molécule déjà utilisée comme anti-épileptique.

L’acide valproïque stimule l’action antitumorale du virus

Lors de premiers essais précliniques, cette combinaison de traitements a permis des régressions tumorales durables, voire des rémissions totales. Les chercheurs ont montré que l'acide valproïque accroît l'action antitumorale du virus en activant une protéine virale : celle-ci augmente la toxicité du virus et favorise sa multiplication, contribuant à l'efficacité renforcée de la virothérapie.

Après ses premiers résultats très positifs, les chercheurs appellent de leurs vœux la mise en place d'un essai clinique pour évaluer l'efficacité de cette combinaison de la virothérapie et de la chimiothérapie chez l'homme.

Mots-clés : Cancer, Virotherapie
Publié par La Fondation ARC le Mardi 12 Novembre 2013 : 02h05
Mis à jour le Mardi 12 Novembre 2013 : 09h55
Source : Fondation ARC - J. Li et al. Synergetic combination of valproic acid and oncolytic parvovirus H-1PV as a potential therapy against cervical and pancreactic carcinomas. EMBO Molecular Medicine. 2013 ;5 :1537–55.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés