Le Viagra génériqué ! Une première sanitaire

Publié le 17 Juin 2013 | Mis à jour le 25 Juin 2013
Auteurs : Dr Philippe Presles

Voilà un médicament dont le prix d’achat a constitué un frein pour certains malades, pour qui il était trop élevé depuis l’année de son lancement en1998. Le brevet est tombé dans le domaine public le 21 juin, ouvrant la voie aux génériques qui vont diviser le prix par trois au début. Une bonne nouvelle pour de nombreux patients qui le payent de leur poche s’agissant d’un médicament non remboursé, ou qui se fourvoient sur Internet dans l’achat de copies douteuses.

PUB

Un prix vraiment important au lancement

Le sildénafil fut une bonne surprise pour le laboratoire Pfizer. Il étudiait ce médicament dans des indications de cardiologie quand un chercheur découvrit qu’il ne dilatait pas que les artères du cœur, mais aussi celles de la verge. En fait les patients sous sildénafil notaient qu’ils étaient plus souvent en érection. Cet effet secondaire du sildénafil est devenu le bénéfice principal du Viagra® : un médicament était né, le premier dans la dysfonction érectile.

L’étape suivante fut pour le laboratoire de définir sa stratégie marketing. Globalement il en avait deux. Lancer son produit avec un prix modéré pour obtenir des volumes de vente très élevés. Ou au contraire lancer son produit avec un prix très élevé pour tenter de maximiser sa marge brute, mais au risque de voir arriver beaucoup plus rapidement des copies. C’est la deuxième stratégie qui a été retenue, avec un prix par comprimé approchant les 10 € (78,50 € la boîte de 8 comprimés à 100 mg).

PUB
PUB

Très rapidement les copies sont apparues et le laboratoire a dépensé beaucoup d’argent pour s’y opposer. On nous a diffusé de très nombreux reportages à la télé pour nous montrer les trafiquants dont le laboratoire était victime. C’est vrai que c’est illégal de faire des copies de médicaments, et que certains ont vendu n’importe quoi, sauf du sildénafil, au détriment de leurs clients. Cela nous confirme qu’il ne faut JAMAIS acheter de médicament sur Internet. Mais c’est aussi vrai que l’on a pu trouver sur Internet des comprimés contenant bien le principe actif, à moins d’un euro, ce qui était très tentant pour des gens souffrant de manière importante.

Un vrai progrès sanitaire grâce aux génériques

Car les souffrances liées aux dysfonctions érectiles sont bien réelles et elles touchent notamment les diabétiques et ceux qui sont victimes des suites d’une opération de leur prostate. De fait, le sildénafil est un vrai médicament dont le potentiel pour soulager la souffrance d’autrui est majeur.

L’arrivée des génériques est dans l’ordre des choses et on peut espérer que davantage de patients auront accès à ce médicament vraiment nécessaire dans leur cas. Autrement dit, pour la première fois l’arrivée d’un générique ne va pas générer d’économie pour la sécurité sociale… mais contribuer au bon usage du médicament, en détournant les patients d’internet au profit de véritables médicaments, issus de filières pharmaceutiques sécurisées. Ces futurs génériques représentent ainsi un vrai progrès sanitaire et pas seulement une économie. C’est une première.

Mots-clés : Viagra
Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés