Vernis à ongles, attention danger ?

Rouge carmin, rose vif, orange ou même bleu, noir et vert…
Le vernis à ongles se décline en mille couleurs.

Précieux accessoire de la féminité,
il contient cependant des produits toxiques, comme le signale un récent rapport de la Commission européenne.

Publicité

Vernis à ongles : un peu d’histoire

D’après les historiens, les plus anciens vernis à ongles remontent à plus de 3.000 ans avant Jésus-Christ. À cette époque, les Chinois teintaient leurs ongles de rouge ou de rose avec une laque faite notamment à base de gomme arabique et de blancs d'œufs.

Un peu plus tard, les Égyptiens ont coloré leurs ongles et le bout de leurs doigts avec une teinture brun-rouge à base de henné.

Pour le vernis à ongles tel que nous le connaissons, il faut attendre les années 20 et… la naissance de la peinture automobile, qui a directement inspiré Michelle Ménard, créatrice d’émaux de couleur à appliquer sur l’ongle.

Publicité
Publicité

Vernis à ongles : un trio toxique

Si sa composition a changé en cent ans, il arrive aujourd’hui encore que

le vernis à ongles recèle des produits toxiques, allergisants voire cancérigènes.

Ainsi, une enquête menée au printemps 2012 dans des salons de manucure de San Francisco par le Departement of Toxic Substances Control a révélé

la présence d’un trio toxique dans des vernis pourtant étiqueté « toxic free ».

  • Des formaldéhydes

    Ils sont répertoriés depuis 2004 comme « produits cancérigènes » par le Centre International de Recherche sur le Cancer.

    Très volatils, on les soupçonne de causer des problèmes respiratoires. Utilisés comme durcisseurs, ils sont tolérés jusqu’à une concentration de 5% dans les vernis. Cette proportion était dépassée dans les échantillons testés en Californie.

  • Du dibutyl phtalate (DBP)

    Un produit accusé d’être à la source de dysfonctionnements endocriniens.

    Son utilisation dans les cosmétiques est d’ailleurs interdite en Europe depuis 1976 !

  • Du toluène.

    Cette résine facilitant l’application du vernis à ongles est également montrée du doigt, jugée responsable d’allergies cutanées et respiratoires.

Les USA ne sont pas les seuls concernés : en juin 2012, le système d’échange rapide d'informations sur les produits dangereux de la Commission européenne (RAPEX) a également pointé du doigt des vernis à ongles bon marché vendus dans des solderies mais aussi dans des parfumeries reconnues.

Publié par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le Lundi 22 Octobre 2012 : 00h00
Mis à jour le Mardi 08 Avril 2014 : 13h46
Source :
Professeur Dominique Tennstedt, Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles; Rapex, système d’échange rapide d'informations sur les produits dangereux de la Commission européenne, rapport de juin 2012.
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :