Valsartan : un numéro vert lancé après le rappel de plusieurs spécialités

© Adobe Stock

Un numéro vert est lancé après le rappel de médicaments à base de valsartan. Une mesure prise par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), pour apaiser les craintes de nombreux Français sous traitement contre l'hypertension artérielle ou l'insuffisance cardiaque. 

PUB

Dans le cadre du rappel mondial de médicaments à base de valsartan, en cours depuis le début du mois de juillet 2018, plusieurs patients ont manifesté leur inquiétude. Pour répondre à leurs interrogations, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a créé un numéro vert et un document d'information.

Les patients et leurs proches peuvent contacter le 0 800 97 14 03 gratuitement. Ce service est accessible du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.

Le document mis à disposition par l'autorité sanitaire rappelle les raisons de ce rappel massif de médicaments, indiqués contre l'hypertension artérielle, l'insuffisance cardiaque et après un infarctus du myocarde. Il sera prochainement distribué en pharmacie.

PUB
PUB

Ne pas arrêter son traitement

"Un défaut de qualité a été identifié récemment concernant certains médicaments à base de valsartan commercialisés au niveau mondial. En France, les lots concernés par ce défaut de qualité ne sont plus commercialisés depuis fin juin 2018", explique l'ANSM. Elle indique également la conduite à tenir si son médicament fait partie de la cinquantaine de références visées

  • ne pas arrêter son traitement; "le risque d’arrêt brutal d’un tel traitement est réel (poussées hypertensives, décompensations cardiaques, accidents neurologiques)", avertit l'ANSM. 
  • se rapprocher de son pharmacien pour la délivrance d'une boîte de valsartan non concernée par le rappel.

© Service de presseANSM

Pas de risque aigu pour le patient

Le 5 juillet 2018, l'Agence européenne du médicament (EMA) a ordonné le rappel de médicaments à base de valsartan et de valsartan hydrochlorothiazide. De la N-nitrosodiméthylamine (NDMA) aurait été retrouvée dans plusieurs lots.

Cette substance, classée comme cancérigène probable, serait apparue au cours de la fabrication du valsartan. L'impureté ne toucherait que le valsartan fabriqué par la société chinoise Zhejiang Huahai Pharmaceuticals.

En France, c'est l'ANSM qui s'est fait l'écho de ce rappel de médicaments. Ce rappel de médicaments s'adresse aux professionnels de santé (les officines, les grossistes-répartiteurs ou encore les pharmacies hospitalières) et non aux patients.

"Il n’existe pas de risque aigu pour le patient", rassure l'ANSM. Néanmoins, l'impact précis de la présence de NDMA dans le valsartan reste encore à déterminer.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés