Une adolescente fait un pneumothorax en rentrant d’un concert

© Creative Commons

Une jeune fille de 16 ans s'est présentée aux urgences après un concert des One Direction. A force de hurler, elle a développé un pneumothorax et d'autres troubles respiratoires.

PUB

Les hurlements des adolescentes à chaque concert, on a l'habitude. Mais cette euphorie collective peut avoir des conséquences inattendues. En témoigne le cas d'une adolescente de 16 ans, qui a un peu trop donné de sa voix lors d'un concert du groupe One Direction. Elle a fini aux urgences avec un diagnostic peu courant, explique une étude parue dans le Journal of Emergency Medicine.

Peu après la fin du récital de son boys-band préféré, la jeune fille s'est présentée aux urgences. Elle avait du mal à respirer. Après un long interrogatoire, les médecins arrivent à une conclusion rare : ses vociférations lors du concert ont provoqué un pneumothorax, un pneumomédiastin et un emphysème rétropharyngé.

PUB
PUB

Autrement dit, de l'air s'est infiltré dans la cavité pleurale, qui tapisse la cage thoracique, l'espace entre les poumons (médiastin) et à l'arrière de son pharynx. "Individuellement, ces diagnostics sont peu courants, soulignent les auteurs de cette étude de cas. L'association des trois n'a encore jamais été décrite dans la littérature médicale."

De rares précédents

D'ordinaire, ces troubles sont causés par des crises d'asthme, des infections respiratoires ou même des crises de vomissements. Mais les urgentistes concluent à une autre cause, "extraordinaire" selon leurs propres termes. L'adolescente a tout simplement trop crié.

Cette hypothèse est d'autant plus plausible que quelques précédents existent. En 2014, un Coréen a fini aux urgences avec un pneumomédiastin. Ses médecins ont attribué le trouble une dispute conjugale – qu'on imagine très animée.

Aux Etats-Unis, c'est un jeune militaire qui a souffert de ces symptômes. En camp d'entrainement, il a dû donner de la voix pour se motiver. Cet ensemble d'affections respiratoires n'est heureusement pas très grave. 

L'adolescente a été placée sous surveillance plusieurs heures et a reçu de l'oxygène avant d'être renvoyée chez elle. Le même protocole a été appliqué aux autres patients. Quant à cette malchanceuse, parions qu'elle se montrera plus modérée pour son prochain concert

PUB
PUB

Contenus sponsorisés